Le dernier à s’y ajouter est Thomas Barrack. La liste des proches de Donald Trump à faire l’objet d’une inculpation, sommés de rendre des comptes à la justice ou menacés de futures poursuites se rallonge. Le républicain, seul président américain à avoir traversé deux procès en destitution, dénonce une «chasse aux sorcières». Avant de quitter le pouvoir, il a pu mettre certains de ses amis à l’abri en leur accordant sa grâce présidentielle. Tour d'horizon des principaux cas.