Lu ailleurs

Donald Trump intéresse davantage les journalistes que leurs lecteurs

Contrairement aux idées reçues, les articles consacrés à Donald Trump, pourtant maître es outrances, ne passionnent pas particulièrement les internautes

«La vérité, c'est que les médias ont besoin de Donald Trump comme un toxicomane a besoin de sa dose». Dans une tribune assassine publiée sur le site du New York Times, le célèbre journaliste américain Nicholas Kristof, auteur de deux prix Pulitzer, se fendait le 26 mars d'une tribune polémique sur la façon dont les médias avaient contribué au succès de Trump, en tendant des stylos et des caméras à ses clowneries là où il aurait fallu brandir des arguments. Et parfois simplement les ignorer. Les médias auraient ainsi offert au milliardaire, selon Kristof, l’équivalent près de 2 milliards de dollars en publicité gratuite.

Mais Donald Trump fait-il réellement «du clic»? Le récit de ses outrances intéresse-t-il les lecteurs? Pas si sûr.

Dans un long post de blog, la société Parse.ly qui fournit des outils d’analyse d'audience à de nombreux médias dans le monde (Le Temps a longtemps été l’un de ses clients) a analysé les données de plus de 100’000 articles consacrés à cinq candidats à la Maison Blanche, Ted Cruz, John Kasich, Bernie Sanders et bien entendu le provocant Donald Trump. Soit au total un milliard de pages vues. 

Hillary intéresse plus que Trump, Sanders roi des réseaux sociaux

Le constat confirme l’analyse de Nicholas Kristof, cruelle pour les journalistes: la fascination pour le candidat républicain. Il y a eu autant d’articles consacrés au seul Donald Trump qu’à l’ensemble des quatre autres prétendants à la présidence des Etats-Unis. Hillary n’a ainsi eu droit qu’à 20% des articles.

 

Mais, et c’est ici que le bât blesse, si l’on examine l’audience de chaque article, on se rend compte que Donald Trump ne passionne par les lecteurs outre mesure. C’est même Hillary Clinton qui lui dame le pion, avec une audience supérieure de 6%. L’étude de Parse.ly révèle même une certaine «lassitude de Trump» auprès des lecteurs.

Autre surprise: l'outrance dont sait faire preuve Donald Trump ne paie pas sur les réseaux sociaux, contrairement à une idée reçue. C’est le candidat le plus âgé, Bernie Sanders, qui règne en maître sur Facebook ou Twitter.


Publicité