Donald Trump a lié mercredi les négociations commerciales entre Washington et Pékin à la résolution de la crise qui secoue Hongkong depuis plus de deux mois. «En Chine, des millions d'emplois disparaissent pour aller dans des pays qui ne sont pas sujets aux taxes douanières. Des milliers d'entreprises quittent le pays. Bien sûr que la Chine veut passer un accord (avec les Etats-Unis). Qu'ils travaillent avec humanité avec Hongkong d'abord!», a écrit le président américain peu après.

Lire aussi: Hongkong: la stratégie du pourrissement

Peu après, dans un autre tweet à la tonalité différente, il a assuré que le président chinois Xi Jinping pourrait faire preuve de cette même humanité, suggérant au passage une «rencontre en personne».

«Je connais très bien le président chinois Xi. C'est un grand leader qui a tout le respect de son peuple. Il est également bon dans «les affaires à la dure». Je n'ai aucun doute que si le président Xi veut résoudre rapidement et avec humanité le problème à Hongkong, il peut le faire», a estimé, sur Twitter le président américain avant d'ajouter: «Rencontre en personne?», semblant s'adresser directement au dirigeant chinois.

Washington «très préoccupé» par «les mouvements paramilitaires chinois»

Aux Etats-Unis, les critiques se sont multipliées contre le dirigeant républicain pour son apparente bienveillance à l'égard de Pékin, avec qui Washington est impliqué dans d'importantes - et ardues - négociations commerciales.

Lire aussi:  Trump relâche temporairement la pression commerciale sur la Chine

Plus tôt dans la journée de mercredi, un porte-parole de la diplomatie américaine avait déclaré à l'Agence France-Presse (AFP) que les Etats-Unis étaient «très préoccupés» par «les mouvements paramilitaires chinois» à la frontière avec Hongkong. L'ex-colonie britannique traverse sa plus grave crise depuis sa rétrocession à Pékin en 1997.

Dans le dossier américano-chinois, Donald Trump veut forcer Pékin non seulement à réduire son excédent commercial avec les Etats-Unis mais aussi à mettre fin à des pratiques qu'il juge déloyales, comme le vol de propriété intellectuelle par exemple. Déjà 250 milliards de dollars de marchandises et matériaux chinois sont taxés par les Américains depuis un an.