Etats-Unis

Donald Trump ne craint pas l'impeachment

La procédure de destitution souhaitée par les démocrates est un pari risqué. Elle pourrait au final profiter au président américain, qui se dit victime d'un acharnement. Donald Trump a-t-il poussé les démocrates à tomber dans ce «piège», les poussant à agir par devoir moral?

Et si Donald Trump en profitait? Et si l’enquête en vue d’une procédure d’impeachment lancée mardi par les démocrates allait finalement servir au président américain? Le pari des démocrates est risqué: les chances d’aboutissement d’une telle procédure de destitution sont faibles. Au Sénat, la Chambre qui au final sera chargée de mener le «procès», il faudra deux tiers des 100 voix pour qu’une destitution soit avalisée. Or le Sénat est à majorité républicaine et il est peu probable qu’au moins 20 sénateurs de son propre camp soient prêts à lui tourner le dos. Le scénario de voir Donald Trump quitter précipitamment la Maison-Blanche semble donc, à ce stade, peu réaliste.

Un sentiment d'impunité sans limites

Le président américain va pouvoir exceller dans un de ses registres favoris: celui de la victimisation. Il l’a fait dès son deuxième tweet mercredi matin: «Il n’y a jamais eu dans l’histoire de notre pays un président aussi mal traité que moi. Les démocrates sont paralysés par la haine et la peur.» Donald Trump dénonce une «chasse aux sorcières de caniveau» et galvanise sa base électorale en accusant les démocrates d’obsession et d’acharnement. La procédure dont il fait l’objet devient un argument de campagne, un moyen de récolter des fonds.