Le président élu américain Donald Trump a retenu Scott Pruitt, ministre de la Justice de l’Oklahoma et proche de l’industrie des énergies fossiles, pour diriger l’Agence de protection de l’environnement (EPA), selon des médias citant un responsable de son équipe de transition mercredi.

Lire aussi: Donald Trump, personnalité de l’année pour le «Time»

Scott Pruitt, 48 ans, un républicain, a passé l’essentiel de son temps comme ministre de la Justice de l’Oklahoma à se battre contre l’agence à la tête de laquelle il vient d’être nommé. Il a ainsi mené une bataille judiciaire contre les mesures réglementaires du président Barack Obama, mises en œuvre par l’EPA, pour réduire les émissions de gaz à effet de serre des centrales électriques au charbon.

Donald Trump a promis durant sa campagne de défaire les lois et réglementations pour la protection de l’environnement et la lutte contre le réchauffement climatique, accusant Barack Obama d’avoir déclaré la guerre au charbon, un sujet électoral sensible dans plusieurs états.

Il avait ainsi indiqué son intention de retirer les Etats-Unis, deuxième émetteur mondial de gaz à effet de serre après la Chine, de l’accord de Paris sur le climat signé fin 2015 par 192 pays. Il a toutefois semblé modérer quelque peu ses positions une fois élu, disant au New York Times qu’il gardait un esprit ouvert sur le sujet.

Bernie Sanders déplore ce choix

Sous l’impulsion de Scott Pruitt, 28 Etats ont entamé une action en justice contre les réglementations de l’EPA pour réduire les émissions des centrales électriques au charbon.

Une cour fédérale doit trancher mais les experts s’attendent à ce que cette procédure fasse l’objet d’un recours devant la Cour suprême.

Plusieurs voix se sont déjà élevées chez les défenseurs de l’environnement pour critiquer le choix de Scott Pruitt, parmi lesquelles notamment le sénateur Bernie Sanders, ancien candidat à l’investiture démocrate contre Hillary Clinton.

Lire aussi: Leonardo DiCaprio, un écolo contre Donald Trump

«Au moment où le changement climatique représente la plus grande menace environnementale pour toute la planète, il est triste et dangereux que Donald Trump ait nommé Scott Pruitt pour diriger l’EPA», a-t-il déploré dans un communiqué. «Scott Pruitt a non seulement dit ne pas croire au changement climatique, mais c’est aussi quelqu’un qui a travaillé étroitement avec l’industrie des énergies fossiles pour rendre ce pays plus dépendant à cette source énergétique.»

Lire aussi: L’élection de Donald Trump, un avis de tempête sur le climat

Une spécialiste du catch aux côtés des entreprises

Le président élu a également nommé la femme d’affaires Linda McMahon au sein de son futur cabinet présidentiel, pour gérer les PME. Elle s’était illustrée après avoir rasé les cheveux de son mari à l’issue d’un match de catch retransmis en direct à la télévision. Cette nomination met en lumière l’étonnante mue opérée par le milliardaire républicain.

Linda McMahon prendra la tête de l’équipe en charge de gérer l’équivalent des petites et moyennes entreprises américaines. La Small business administration chapeaute quelque 28 millions d’entreprises, qui emploient près de la moitié des travailleurs du secteur privé américain.

Donald Trump, qui a promis en campagne de baisser l’imposition des entreprises et d’alléger les régulations qui entravent selon lui la croissance économique, a expliqué que Linda McMahon, 68 ans, «est l’une des meilleures dirigeantes du pays». Elle a notamment dirigé entre 1994 et 2010 la World Wrestling Entertainment (WWE), entreprise spécialisée dans l’organisation de matches de catch.