Les journalistes font partie «des êtres humains les plus malhonnêtes de la terre». C’est ce qu’a déclaré Donald Trump samedi devant un parterre de membres de la CIA. Une CIA sur laquelle il n’a cessé de jeter le discrédit, après les révélations d’un rapport secret divulgué par le Washington Post faisant état de l’ingérence de Moscou pour le faire élire. Donald Trump a dénoncé ses «pratiques nazies». Il a estimé que l’agence était à l’origine de nouvelles fuites à propos de documents compromettants qui seraient entre les mains des Russes. Le voilà qui affiche son soutien aux agents de la CIA, en pestant contre les journalistes.

C’est l’affluence record des femmes venues manifester samedi contre ses valeurs et pour défendre les droits civiques qui a visiblement piqué le président des Etats-Unis à vif. Il s’est lancé dans une guerre des chiffres et de l’information, et accuse les médias de mentir.

Des images aériennes éloquentes

Acte I: Les médias auraient d’abord «menti» sur le nombre de personnes qui ont assisté à sa cérémonie d’investiture. Selon des estimations, entre 250 000 et 800 000 personnes étaient présentes à Washington le Jour J, contre plus d’1,8 millions pour Barack Obama en 2009, un peu moins en 2013. Les autorités de la capitale restent à l’écart de la guerre des chiffres. Mais les images aériennes montrent clairement une foule bien plus disséminée pour Donald Trump.

Ce fut la plus grande foule jamais vue lors d’une investiture, point barre

Au siège de la CIA, le président a tenu à se justifier: «Honnêtement, cela avait l’air d’un million et demi de personnes, cela allait jusqu’au Washington Monument». Et de critiquer une chaîne de télévision qui montrait des pelouses vides en évoquant 250 000 personnes, «un mensonge». Donald Trump a été jusqu’à suggérer que cameramen et photographes avaient faussé les images, en privilégiant les angles avec peu de foule, pour tromper l’opinion. Il a aussi accusé les médias d’avoir «inventé» ses désaccords avec la CIA. C’est à ce moment-là qu’il a déclaré que les journalistes faisaient partie des êtres humains les plus malhonnêtes de la terre.

Son porte-parole Sean Spicer a été plus loin. Très remonté, il a lors d’un point presse samedi dénoncé les tentatives «honteuses» des médias de «minimiser le succès populaire de la cérémonie d’investiture». «Ce fut la plus grande foule jamais vue lors d’une investiture, point barre», a-t-il ajouté. C’est totalement faux.

Métros très fréquentés

Acte 2: L’affluence record des «Women’s Marches» de samedi a relancé la guerre des chiffres. Elles auraient rassemblé plus de deux millions de contestataires aux Etats-Unis. A Washington, les protestataires – beaucoup d’hommes se sont joints aux femmes – ont dépassé le million selon les organisateurs. Les responsables des transports publics ont précisé que 1 001 616 personnes ont pris métro et bus samedi à Washington, contre à peine plus de 570 000 la veille. A New York, les manifestants étaient près de 500 000, et à Los Angeles aussi. Des marches pacifistes qui ont essaimé en dehors des Etats-Unis, dont à Genève, avec une affluence de 2500 personnes.

Lire aussi: Femmes en colère, femmes en marche contre Donald Trump et ses valeurs

Ces chiffres ont dépassé de loin les attentes des organisateurs. Elles n’ont fait que relancer la comparaison avec le peu d’affluence pour la cérémonie présidentielle. Donald Trump, qui a désormais deux comptes Twitter, n’a pas pu s’empêcher de tweeter dimanche: «J’ai regardé les manifestations hier mais j’ai comme l’impression que nous venons d’avoir une élection! Pourquoi ces gens ne sont-ils pas allés voter?».

Acte 3: Les déclarations de Sean Spicer provoquent des remous. CNN explique ne pas l’avoir retransmis en direct pour pouvoir vérifier ses assertions… qui se sont la plupart révélées fausses. Sean Spicer a par exemple déclaré que «pour la première fois dans l’histoire des Etats-Unis», l’herbe du Mall a été recouverte et que cela donnait l’impression d’espaces vides alors même que les gens n’étaient pas censés se mettre dessus. Faux, corrige CNN: en 2013 déjà, pour la deuxième investiture de Barack Obama, la pelouse a été protégée de la même façon.

La carte de l’apaisement

Dans des tweets divulgués dimanche, Donald Trump, obsédé par les questions d’affluence, donne de nouveaux chiffres: 31 millions de téléspectateurs auraient regardé l’investiture, «11 millions de plus que les bons scores de quatre ans plus tôt». C’est juste, même si les chiffres précis sont 30,6 et 20,6 millions. Par contre, toujours selon l’indice Nielsen, 38 millions de téléspectateurs avaient regardé la prestation de serment de Barack Obama en 2009.

Une heure plus tard, Donald Trump, comme s’il était conscient qu’il était allé trop loin et qu’il devait désormais se concentrer sur des dossiers importants, a décidé de jouer la carte de l’apaisement dans un nouveau tweet: «Des manifestations pacifiques sont la marque de fabrique de notre démocratie. Même si je ne suis pas toujours d’accord, je reconnais le droit des gens d’exprimer leur point de vue».