Après des informations de presse faisant état d'un projet d'assassinat par Téhéran d'une diplomate américaine, le président Donald Trump a promis lundi une riposte des Etats-Unis «mille fois plus forte» à toute attaque de l'Iran.

Selon le site d'informations Politico, qui cite deux responsables américains sous couvert de l'anonymat, les services de renseignement pensent que le gouvernement iranien envisage de tenter d'assassiner l'ambassadrice des Etats-Unis en Afrique du Sud, Lana Marks, proche de Donald Trump.

Lire aussi: Avec Donald Trump, la démocratie américaine vacille

La menace, détectée depuis le printemps, est devenue plus précise ces dernières semaines, d'après les sources de Politico, alors que Téhéran entend venger la mort de son puissant général Qassem Soleimani, tué en janvier par une frappe américaine en Irak sur ordre du président américain. Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a affirmé lundi qu'il prenait ces informations «au sérieux».

Lire encore l'article du 20 mai 2019:  Donald Trump menace l’Iran de destruction

Des «fausses informations», selon Téhéran

Le ministère iranien des Affaires étrangères a, quant à lui, estimé qu'il s'agissait de «fausses informations», «sans fondement». Son porte-parole a évoqué des «méthodes répétitives et nauséabondes pour créer un climat anti-iranien sur la scène internationale». L'Iran a «démontré son adhésion durable aux principes et usages de la diplomatie internationale», tandis que l'administration Trump «a agi au mépris de nombreuses normes et méthodes internationalement acceptées», a-t-il affirmé.

Le président américain a retiré en 2018 les Etats-Unis de l'accord international sur le nucléaire iranien, jugeant ce texte insuffisant pour empêcher Téhéran de se doter de la bombe atomique et pour endiguer son influence «néfaste» au Moyen-Orient.

Sur le même sujet: Nucléaire iranien: Washington va activer une procédure contestée à l'ONU

Mais malgré des sanctions américaines sans précédent, sa campagne de «pression maximale» n'a pas favorisé la négociation d'un «nouvel accord», objectif affiché par le milliardaire républicain, et les tensions entre les deux pays ennemis restent vives.