Etats-Unis

Donald Trump promulgue la loi soutenant les manifestants pro-démocratie

La promulgation de l'«acte de 2019 sur les droits humains et la démocratie à Hongkong» a provoqué l'ire de Pékin, qui a menacé Washington de prendre «des mesures de représailles». Le gouvernement hongkongais a, lui, dénoncé l'«ingérence» des Etats-Unis

Dans le face-à-face tendu entre le camp pro-démocratie à Hongkong et Pékin, Donald Trump a finalement choisi de soutenir les manifestants. Après quelques jours d'hésitation, le président américain a finalement promulgué en loi mercredi soir l'«acte de 2019 sur les droits humains et la démocratie à Hongkong».

Approuvé une semaine plus tôt à une écrasante majorité par le Congrès, cette résolution menace de suspendre le statut économique spécial accordé par Washington à l'ancienne colonie britannique si les droits des manifestants ne sont pas respectés.

Après l'adoption de cette résolution au Congrès mercredi dernier, Pékin avait vivement réagi, allant jusqu'à convoquer l'ambassadeur des Etats-Unis pour protester. Ce jeudi, la Chine Pékin a été plus loin, menaçant Washington de prendre «des mesures de représailles». Cette loi «est une abomination absolue et dissimule de sinistres intentions», a estimé le ministère chinois des Affaires étrangères, dans un communiqué qui ne précise pas quelles mesures Pékin pourrait prendre.

Lire aussi: Pékin «indigné» après un vote du Congrès américain en faveur des libertés à Hongkong

Le gouvernement hongkongais a exprimé jeudi son «profond regret» après la promulgation par le président américain Donald Trump de la loi soutenant les manifestations en faveur de la démocratie. Il a accusé Washington d'«ingérence» dans ses affaires intérieures. «Les deux actes s'immiscent manifestement dans les affaires intérieures de Hongkong», a de son côté déclaré dans un communiqué un responsable de l'exécutif du territoire semi-autonome, estimant que cette résolution envoie «un mauvais message aux manifestants».

Saluée par les sénateurs de tous bords

L'ancien magnat de l'immobilier new-yorkais a en tout cas toujours cherché à soigner ses relations avec son homologue chinois Xi Jinping. «J'ai signé ces résolutions par respect pour le Président Xi (Jinping), la Chine, et le peuple de Hongkong», a dit Donald Trump dans un communiqué justifiant sa décision. «Elles sont promulguées avec l'espoir que les leaders et représentants de la Chine et de Hongkong seront en mesure de régler à l'amiable leurs différences.»

Lire aussi: La victoire des pro-démocratie aux élections locales traduit un «mécontentement», selon Carrie Lam 

Des sénateurs des deux bords politiques ont immédiatement salué la décision du chef de la première puissance mondiale. «Les Etats-Unis ne font pas que surveiller mais ils se tiennent aux côtés des manifestants alors qu'ils marchent vers leur autonomie, pour leur démocratie et pour leurs droits humains», a écrit Ben Cardin, élu démocrate du Maryland. «J'applaudis le président Trump pour promulguer cette législation essentielle en loi», a abondé le républicain Marco Rubio.

Le Congrès avait également approuvé une mesure qui interdirait la vente à la police hongkongaise de gaz lacrymogène, balles en caoutchouc et autres équipements destinés à réprimer les manifestations. Une résolution également promulguée par Donald Trump.

Lire aussi: Et le vainqueur de la guerre commerciale est… 

Sur le front commercial, la question est de savoir si cette décision de Donald Trump va mettre en péril les tractations délicates menées par Washington et Pékin. Les deux premières puissances mondiales se livrent depuis mars 2018 une guerre commerciale à coup de hausses de taxes douanières. Ils ont envoyé ces derniers jours des signaux positifs quant à la conclusion avant la fin de l'année d'un accord commercial partiel, dit de «phase un».

 

Publicité