Après Fear (Trump in the White House), voici Rage, le nouveau livre de Bob Woodward. Comme dans toute élection présidentielle américaine, la cuvée 2020 provoque une fièvre éditoriale, et depuis mercredi, c'est ce nouvel ouvrage qui déchaîne les passions. Selon plusieurs médias américains, dont CNN et le Washington Post, qui y ont eu accès avant sa publication, il en ressort notamment que Donald Trump, avant même le premier mort du covid aux Etats-Unis, était conscient de la dangerosité de la pandémie, mais a décidé de la minimiser publiquement.

Bob Woodward est le journaliste qui avait révélé le scandale du Watergate avec Carl Bernstein en 1973. Aussi étonnant que cela puisse paraître, lui qui l'a éreinté dans un précédent livre, il a eu accès au président Trump dès décembre 2019.

A cette heure, le coronavirus a déjà fait plus de 189 000 morts dans le pays. Joe Biden, le rival démocrate de Donald Trump dans la course à la Maison-Blanche, crie à la «trahison». La porte-parole de la Maison-Blanche essaie de son côté d'assurer que le président n'a pas menti aux Américains.

Retrouvez nos articles sur l'actualité américaine

Eviter une panique

Bob Woodward ne se base pas que sur des on-dit. Il tient l'information de Donald Trump lui-même. Le 28 janvier déjà, lors d'un briefing avec des membres du renseignement, le président avait été averti, par son conseiller à la Sécurité nationale, Robert O'Brien, de l'état de la menace.

Dix jours plus tard, le 7 février, Donald Trump appelle Bob Woodward et lui confie que la situation est plus grave que ce qu'il a exprimé en public. «Il suffit de respirer l'air et c'est comme ça qu'il se transmet. Et c'est donc très délicat. C'est une question très délicate. C'est aussi plus mortel que la grippe», lui a-t-il déclaré. Le 19 mars, il lui confirme avoir toujours voulu minimiser la pandémie pour ne pas créer de panique. La conversation a été enregistrée et rendue accessible

Le parallélisme avec la grippe

Eviter la panique? C'est plus que cela. Le président a été bien plus loin, puisqu'il a réclamé la fin du confinement dans plusieurs Etats américains, pressé de relancer l'économie à quelques mois de l'élection, n'a cessé de répéter que le virus n'était pas plus dangereux qu'une grippe saisonnière, et a été jusqu'à provoquer une polémique en insinuant qu'avaler de l'eau de javel serait une solution pour «terrasser le virus».

Il a essuyé de très vives critiques pour sa gestion de la pandémie, et pendant très longtemps a été réticent à porter un masque, par crainte que ce soit un aveu de faiblesse. Surtout, il a publiquement nié les avertissements de scientifiques, allant jusqu'à contredire d'éminents épidémiologistes. Le populaire Anthony Fauci, directeur de l'Institut des allergies et maladies infectieuses, en sait quelque chose.

A son propos: Anthony Fauci, le médecin qui ose contredire Donald Trump

18 entretiens avec le président

Bob Woodard a eu l'occasion de mener en tout 18 interviews avec le président, entre décembre 2019 et juillet 2020. Toutes ont été enregistrées avec l'accord du président. Le constat du journaliste à propos de sa gestion de la pandémie est sans concession: «Trump n'a jamais semblé disposé à mobiliser pleinement le gouvernement fédéral et semblait continuellement repousser les problèmes sur les Etats. Il n'y avait pas de véritable plan de gestion pour faire face à l'une des urgences les plus complexes auxquelles les États-Unis aient jamais été confrontés.»

Découvrez notre chronique de campagne US