Un accord commercial avec la Chine pourrait être conclu en marge du G20 en fin de semaine, où Donald Trump multipliera les entretiens bilatéraux. Avec la Chine, «le président estime qu'il y a une bonne chance de conclure un accord et il est ouvert à cette possibilité», a expliqué mardi Larry Kudlow, principal conseiller du président américain peu avant une réunion très attendue entre Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping à Buenos Aires.

Il a toutefois souligné qu'un tel accord était toujours soumis à certaines conditions: la protection de la propriété intellectuelle, la levée des barrières tarifaires et non tarifaires ou encore le transfert forcé de technologie d'entreprises étrangères installées en Chine.

Selon Larry Kudlow, les grands partenaires commerciaux des Etats-Unis, qui déplorent eux aussi des pratiques commerciales déloyales de la Chine, apporteront leur soutien à la position américaine à Buenos Aires.

Lire aussi: En Chine, la guerre commerciale de Trump fait ses premières victimes

Si aucun accord ne devait être trouvé, le président accroîtrait la pression sur Pékin par le biais de tarifs douaniers, a expliqué le conseiller économique, rappelant les propos tenus par Donald Trump dans un entretien au Wall Street Journal et publiés lundi. Donald Trump avait affirmé que le gel de la hausse, prévue en janvier, de taxes douanières sur 200 milliards de dollars de produits importés de Chine était «hautement improbable». Il a également réitéré sa menace d'imposer des taxes supplémentaires sur les 267 milliards de dollars de produits chinois importés aux Etats-Unis qui, pour l'instant, échappent à la guerre commerciale entre Washington et Pékin.

L'entrevue avec Vladimir Poutine compromise

Outre une rencontre avec Xi Jinping, le président et la délégation américaine auront des interactions avec plusieurs autres dirigeants, dont le président d'Argentine, le président de Russie, le premier ministre japonais et la chancelière allemande, a indiqué de son côté la porte-parole de l'exécutif américain, Sarah Sanders.

Avec Vladimir Poutine, «toutes les problématiques sur les questions de sécurité, de contrôle des armes, les problèmes régionaux» seront évoqués, a précisé le conseiller américain en matière de sécurité nationale, John Bolton.

Lire aussi: Escalade entre Kiev et Moscou après la capture de trois navires militaires ukrainiens

Mais quelques heures plus tard, Donald Trump a menacé d'annuler sa rencontre bilatérale prévue avec son homologue russe, en raison de la capture par des gardes-côtes russes de trois bateaux militaires ukrainiens. Il a précisé attendre un compte-rendu de ses conseillers en sécurité nationale, dont les conclusions seront «déterminantes». «Peut-être que je ne ferai pas cette entrevue» avec Vladimir Poutine, a-t-il déclaré au journal Washington Post.