A quoi ressemblent les derniers jours d’une campagne folle avant un scrutin électoral très attendu? A un condensé de stress et de fébrilité. Après avoir été épaulé par Barack Obama dans le Michigan, Joe Biden se concentre désormais sur la Pennsylvanie. Donald Trump, de son côté, enchaîne, dimanche, cinq meetings dans cinq Etats clés (Michigan, Iowa, Caroline du Nord, Géorgie, Floride) et en fera presque autant ce lundi. Surtout, le président sortant hausse toujours plus le ton. Ses supporters ont été jusqu’à chasser, vendredi, le bus de campagne de Joe Biden dans le Texas, contraignant le démocrate à annuler un événement. Donald Trump a même mimé comment il assommerait son rival. «Il va y avoir de la pagaille dans le pays», a-t-il asséné samedi, assurant qu’aucun résultat clair ne sera connu le 3 novembre. Une nouvelle manière de faire comprendre qu’il ne s’avouera pas facilement vaincu s’il perd.

Lire aussi: Election américaine, les points à surveiller