États-Unis

Donald Trump veut un 4 juillet grandiose, où il tiendrait le premier rôle. Pas les Américains

Les détracteurs du président l’accusent de vouloir prendre la Fête nationale, censée rester apolitique, en otage

Donald Trump souhaite faire du 4 juillet une Fête nationale grandiose. Depuis qu’il a annoncé vouloir y tenir un discours et viser des feux d’artifice plus flamboyants, la polémique gronde. Ses détracteurs lui reprochent de vouloir prendre l’Independence Day en otage et de politiser le 4 juillet, censé être la fête de tous les Américains.

«… votre président préféré, moi!»

Habituellement, à Washington, Américains et touristes se rendent sur le National Mall pour assister à des concerts gratuits et observer les feux d’artifice. Jusqu’ici, le président se faisait discret, en restant à la Maison-Blanche ou en passant la journée à l’extérieur. Mais Donald Trump en a décidé autrement. Non seulement il sera là, mais en plus il compte bien marquer sa présence. Il a annoncé ses intentions le 24 février déjà, sur Twitter: «Nous aurons l’un des plus grands rassemblements de l’histoire de Washington le 4 juillet prochain. Il s’intitulera «A Salute to America» et se tiendra au Lincoln Memorial. Un grand feu d’artifice, des divertissements et un discours de votre président préféré, moi!»

La controverse a repris de plus belle ces derniers jours. Des démocrates du Congrès viennent de se fendre d’une lettre adressée au président américain dans laquelle ils s’inquiètent de cet «événement conflictuel», qui «pourrait créer l’apparence d’un rassemblement électoral télévisé et partisan sur le Mall aux frais du public». Ils mentionnent des «coûts non prévus importants» et demandent au président d’intervenir plus tôt – donc pas dans le cadre de la Fête nationale – ou ailleurs. Ils craignent clairement que le discours envisagé ne soit pas apolitique.

Le président Harry Truman est le seul à avoir tenu un discours lors des célébrations de la Fête nationale. C’était le 4 juillet 1951, devant 150 000 personnes. Il a notamment évoqué la guerre de Corée. En 1970, c’est un discours de Richard Nixon, enregistré à l’avance, qui a été diffusé, chahuté par des manifestants contre la guerre au Vietnam. Trois présidents américains sont par ailleurs décédés un 4 juillet. Donald Trump a déjà dû renoncer au grandiloquent défilé militaire sur Pennsylvania Avenue dont il rêvait. Mais il a bien l’intention malgré tout de marquer les esprits. Un groupe de féministes, Code Pink, avertit: le ballon Baby Trump, récemment vu lors de manifestations à Londres, sera aussi de la partie.

Lire aussi: Donald Trump veut son défilé militaire

Publicité