La disparition du vol MS804 reliant Paris au Caire est le troisième drame aérien à frapper l’Egypte récemment.

Le 29 mars 2016, le vol MS181 interne d’EgyptAir reliant Alexandrie au Caire avait été détourné par un pirate de l’air. Un Egyptien de 58 ans a fait atterrir l’avion sur l’île chypriote de Lanaraka afin de régler une affaire de famille. Qualifié de «psychologiquement instable» par un responsable du gouvernement chypriote, l’homme souhaitait simplement voir sa femme dans l’aéroport de l’île. Aucune victime n’a été à déplorer parmi les 55 passagers de l’Airbus A-320.

A lire aussi: «L’homme qui a détourné un avion d’EgyptAir a été arrêté»

Le 31 octobre 2015, un Airbus A321 de la compagnie russe Metrojet reliant la station balnéaire égyptienne Charm el-Cheikh à la ville russe de Saint-Pétersbourg s’est écrasé dans le désert égyptien du Sinaï. L’accident a coûté la vie à 224 personnes. La branche égyptienne de l’organisation djihadiste Etat islamique a affirmé avoir mis une bombe dans l’avion, provoquant le crash. Le gouvernement égyptien ainsi que la compagnie aérienne réfutaient la thèse de l’attentat.

L’accident a relancé le débat sur la sécurité dans les aéroports d’Egypte. Certains pays ont suspendu leurs vols vers Charm el-Cheikh.

A lire: «Crash dans le Sinaï: après Londres, Washington croit à la thèse de l’attentat»