Amérique latine

La droite conserve le pouvoir au Paraguay

Le candidat du Colorado, parti de droite qui gouverne le Paraguay depuis 1947, a remporté dimanche l’élection présidentielle

Le candidat de droite Mario Abdo Benitez a remporté dimanche 22 avril l’élection présidentielle au Paraguay, selon les résultats officiels. Il va ainsi poursuivre l’hégémonie de son parti Colorado, qui gouverne le pays sud-américain presque sans interruption depuis 1947. «Le président de la république est Mario Abdo Benitez», a déclaré le président du tribunal électoral. Le candidat a obtenu 46,49% des voix contre 42,72% pour son rival Efrain Alegre, porté par une coalition de centre gauche. Les résultats portent sur 96% des bulletins, mais sont «irréversibles», a précisé le tribunal électoral.

Son avance est toutefois nettement réduite par rapport à ce qu’anticipaient les sondages, qui lui avaient donné jusqu’à 20 points d’avance ces dernières semaines. Les autorités électorales ont fait état d’une participation d’environ 65%. Les 4,2 millions d’électeurs avaient été appelés à choisir le successeur du président sortant Horacio Cartes mais aussi à renouveler leur parlement et élire les gouverneurs des 17 départements du pays.

Enclavé entre la Bolivie, l’Argentine et le Brésil, le Paraguay, est dynamique économiquement mais miné par la pauvreté, la corruption et le trafic de drogue. Il a été profondément marqué par la longue dictature d’Alfredo Stroessner (1954-1989).

Mécontentement général

Ce qui n’a pas empêché Mario Abdo Benitez, 46 ans, de l’emporter, malgré les liens de sa famille avec cette époque trouble: le candidat, surnommé «Marito», est le fils du secrétaire personnel de Stroessner. «J’ai gagné mes références démocratiques au cours de ma carrière politique», s’est justifié dimanche «Marito», qui avait pourtant assisté aux funérailles de l’ex-dictateur, en exil au Brésil, en 2006.

Le scrutin a été organisé dans un climat de mécontentement général envers le président sortant. «La majorité des gens ont de la rancœur envers M. Cartes», a confié Alex Gimenez, étudiant de 18 ans votant pour la première fois.

Horacio Cartes, patron millionnaire de l’industrie du tabac, a misé pendant son mandat sur la croissance économique, d’environ 4% par an grâce aux exportations de soja, de viande et d’électricité. Mais il n’a progressé ni sur le front de la pauvreté, à un niveau alarmant de 26,4% officiellement, ni sur celui de la corruption, dans ce pays classé 135e sur 180 par l’ONG Transparency International dans son classement annuel de la perception de la corruption.

Réformer le système judiciaire

Le président sortant a reconnu dimanche, après avoir voté, que «tout reste à faire» au Paraguay: «Nous avons des dettes sociales. Ce n’est pas concevable qu’avec toute la richesse que nous avons et en étant sept millions d’habitants, nous ayons ce niveau de pauvreté». Diplômé en marketing aux Etats-Unis, «Marito» promet de réformer le système judiciaire pour le rendre plus vertueux et maintenir la même politique économique que son prédécesseur.

Lire aussi: Services financiers mobiles: le Paraguay montre la voie en Amérique latine

Face à lui, l’avocat Efrain Alegre, 55 ans, affichait des ambitions plus sociales, proposant la santé gratuite pour les plus démunis et un allégement drastique de la facture d’électricité pour stimuler investissements et emplois. Les deux hommes étaient opposés à la légalisation de l’avortement et au mariage pour tous, dans ce pays très catholique.

L’élection de Mario Abdo Benitez confirme à quel point la population a tourné la page de la période de la dictature, à la faveur du changement de génération, 43% de l’électorat ayant entre 18 et 34 ans. «La société paraguayenne change plus vite que ses élites politiques, et il y a une génération, de plus en plus influente, qui ne se souvient pas vraiment du régime non démocratique. C’est une première dans l’histoire du Paraguay», souligne Oliver Stuenkel, professeur de relations internationales à la fondation Getulio Vargas de São Paulo, dans un article publié par Americas Quarterly.

Publicité