Christian Jacob a appliqué à la lettre le titre de son livre. Le président des Républicains, le premier parti de la droite française, vient de publier un essai intitulé J’en ai tellement vu (Ed. Robert Laffont). Cet agriculteur, ancien syndicaliste agricole, lassé des querelles intestines et des fractures publiques, a donc tiré les conséquences de son expérience en faisant avorter, ce week-end, l’idée d’une primaire ouverte à droite. Laquelle aurait répété le scénario de novembre 2016, lorsque François Fillon s’imposa, contre toute attente, face à l’autre finaliste du scrutin ouvert à tous les sympathisants conservateurs: Alain Juppé, pourtant donné favori.