Il y a deux semaines, l’opposition de droite du parti Fidesz de Viktor Orban l’a largement emporté avec avec 52,77% des suffrages, soit 206 des 386 sièges du parlement national. Le vote du 11 avril a également confirmé l’entrée historique de l’extrême droite au parlement avec le parti Jobbik (16,71% des voix) et la déconfiture des socialistes (19,29%) après huit années de gouvernement, comme l’avaient prédit les sondages.

Un quatrième parti, le LMP de la gauche écologiste, créé en 2009, est lui aussi déjà assuré d’être représenté ayant obtenu 7,48% lors du premier tour.

L’enjeu du second tour est de savoir si le Fidesz obtiendra à lui seul la majorité des deux tiers des sièges lui ouvrant la voie à des réformes constitutionnelles. Lors de la campagne du Fidesz sous les mots d’ordre «Le Fidesz tout seul» et «Maintenant ou jamais», Viktor Orban avait indiqué que plus il totaliserait de voix «plus vite le pays sortira de la crise».

Les bureaux de votes, qui ont ont ouvert à 6 heures ce matin, fermeront leurs portes à 19 heures et les premiers résultats partiels de ce second tour sont attendues vers 22 heures.