En 2020, des voix s’élevaient pour dénoncer la marginalisation des droits humains sur la scène internationale. Parmi les Etats membres élus du Conseil des droits de l’homme (CDH) installé à Genève, il n’y avait plus un seul représentant du P5, le groupe des cinq membres permanents du Conseil de sécurité. A l’heure où s’ouvre ce lundi la 46e session du CDH sous un format virtuel, un diplomate européen s’empresse de contredire cette impression: «Aujourd’hui, quatre des cinq membres du P5, la Chine, la Russie, le Royaume-Uni et la France comme membres élus ainsi que les Etats-Unis comme observateurs, sont de retour au CDH. S’il fallait une preuve que les droits humains demeurent importants, elle est là.»

Lire aussi: Retour des Etats-Unis au Conseil des droits de l’homme: un virage à 180 degrés