C’est un nouveau «triomphe». Alors que l’Azerbaïdjan vient de terrasser militairement l’Arménie dans le Haut-Karabakh, l’industrie militaire turque peut pavoiser. Et elle ne s’en prive pas: en moins d’une année, les drones de fabrication nationale ont assuré à la Turquie et à ses alliés au moins quatre victoires militaires d’importance. Le maître d’Ankara, Recep Tayyip Erdogan, est certes devenu un paria pour une bonne partie de l’Occident. Qu’à cela ne tienne: il a fait de son pays l’un des leaders en matière d’avions sans pilote, et il est courtisé à ce titre par toute une série d’autres Etats.

Lire aussi:Le Karabakh frémit au vrombissement des drones