Se dirige-t-on vers un combat de coqs à la tête de la famille chrétienne-démocrate allemande (CDU/CSU) à cinq mois des élections législatives du 26 septembre? Officiellement, les deux candidats en lice pour devenir candidat à la chancellerie au nom de leur formation politique ne parlent que d’union et d’entente. Ni Armin Laschet, président de la CDU, ni Markus Söder, président du parti frère bavarois de la CSU, ne souhaite de division. Dans les faits toutefois, aucun des deux ne semble prêt à céder la place à l’autre.