Le candidat de gauche Andres Manuel Lopez Obrador, légèrement favori selon les sondages, et celui de droite Felipe Calderon s'affrontaient dimanche dans les urnes lors de l'élection présidentielle au Mexique. Le futur président, qui succédera au conservateur Vicente Fox, ne prendra ses fonctions que le 1er décembre, pour un mandat de six ans. Son principal défi sera la lutte contre la pauvreté, qui touche la moitié des 103 millions de Mexicains, et contre l'insécurité, également au centre des préoccupations dans le pays.

71 millions de Mexicains étaient appelés aux urnes dans 130500 bureaux de vote pour le scrutin (à un seul tour) le plus serré de l'histoire. Les résultats seront vraisemblablement connus aujourd'hui. Une victoire de l'ancien maire de Mexico Lopez Obrador, 52 ans, serait un nouveau succès pour la gauche en Amérique latine, cette fois-ci aux portes des Etats-Unis. Des gouvernements de gauche ou de centre gauche sont déjà au pouvoir au Brésil, en Argentine, au Venezuela, en Bolivie, en Uruguay et à Cuba.

Une avance de 2 à 5 points

Si Felipe Calderon s'impose, le Parti d'action nationale (PAN) restera au pouvoir après avoir délogé il y a six ans de la présidence le Parti révolutionnaire institutionnel (PRI), qui a dirigé le pays de 1929 à 2000. Le candidat du PRI, Roberto Madrazo, est nettement distancé par Lopez Obrador et Felipe Calderon, selon les sondages.

Les derniers sondages autorisés donnent une avance de 2 à 5 points à Lopez Obrador sur Felipe Calderon. Lopez Obrador a promis de mettre fin aux privilèges des nantis, de diminuer les salaires des hauts fonctionnaires et de relancer l'économie par une politique de grands travaux dans l'ensemble du pays. Il se présente comme un homme proche du peuple et une alternative aux politiques hostiles aux classes défavorisées.

Par ailleurs, le chef de l'Armée zapatiste de libération nationale (EZLN), le sous-commandant Marcos, a pris la tête d'une manifestation de plusieurs milliers de sympathisants, dimanche à Mexico, pour protester contre le système politique mexicain, en marge du scrutin présidentiel.