Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

racisme

Durban II s’achève sur un succès malgré les polémiques

Les propos du président iranien n’ont pas coulé la conférence onusienne, qui a réussi à s’accorder sur une déclaration finale «équilibrée», selon la haut-commissaire aux droits de l’homme, Navanethem Pillay

La Conférence d’examen de Durban sur le racisme s’achève aujourd’hui à Genève après une semaine très mouvementée. La haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, Navanethem Pillay a tiré un premier bilan vendredi de ce sommet onusien qui s’est tenu toute la semaine au Palais des Nations dans un contexte relativement tendu: «Des choses extraordinaires ont eu lieu cette semaine dans le cadre de Durban II. Un document final, de qualité, a été approuvé et ne peut plus être modifié. C’est d’autant plus remarquable que la tâche a été particulièrement difficile en raison d’une campagne de désinformation. Certains ont voulu dépeindre Durban II comme une fête de la haine. C’est totalement exagéré.»

Si l’attention médiatique s’est beaucoup portée sur les propos virulents et anti-israéliens du président iranien Mahmoud Ahmadinejad, il serait erroné d’évaluer cette conférence de suivi à l’aune des dérapages du chef d’Etat iranien. Le sommet, qui avait pour mission de faire le point sur la mise en œuvre des recommandations émises à Durban en 2001 en matière de lutte contre le racisme, a réussi à produire un document équilibré, qui identifie les formes contemporaines de racisme, qui relève les problèmes liés à la lutte anti-terroriste et aux travailleurs immigrés.

Malgré les dérapages de représentants de certains Etats et d’ONG notamment pro-iraniennes et pro-israéliennes, Durban II constitue un grand moment du multilatéralisme. Grand, car les difficultés qu’il a fallu surmonter durant le processus de préparation de la conférence étaient considérables. La question de diffamation des religions que les pays islamiques souhaitaient introduire dans le texte, estimant qu’elle répondrait aux problèmes d’islamophobie découlant notamment de la lutte anti-terroriste, a été écartée après des pressions européennes très fortes. De même, la notion de réparations liées au colonialisme n’a pas été retenue non plus. Quand à Israël, il ne figure pas dans le document final. Les concessions faites par les Etats africains et arabo-musulmans ont été importantes. Les pays sud-américains ont joué un rôle stabilisateur par leurs prises de position modérées.

L’un des plus grands succès de Durban II est incontestablement l’émergence d’un consensus entre l’Occident et le monde musulman, dont la fracture a, depuis le 11 septembre 2001, continué à s’agrandir.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo monde

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

Cela faisait 5 ans que le pays adepte des grandes démonstrations de force n'avait plus organisé ses «jeux de masse», où gymnastes et militaires se succèdent pour créer des tableaux vivants devant plus de 150 000 spectacteurs. Pourquoi ce retour?

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

n/a