L’OMS a indiqué jeudi ne pas exclure un risque de transmission régionale et internationale du virus Ebola à la suite d’une nouvelle épidémie de cette fièvre hémorragique à Mbandaka, en République démocratique du Congo.

La résurgence du virus dans cette ville du nord-ouest de la RDC a fait deux morts depuis le 21 avril. A la date du 27 avril, «267 contacts ont été identifiés», selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui juge, à ce stade, «difficile d’évaluer l’étendue de l’épidémie».

Lire aussi: Sur les traces du virus Ebola, la terreur rouge qui traque l'Ouganda

«Le risque de propagation régionale et internationale de cette épidémie n’est pas exclu car la ville de Mbandaka borde le fleuve Congo et dispose de connexions fluviales et terrestres avec la capitale Kinshasa, la République du Congo, la République centrafricaine et l’Angola», indique l’OMS dans un communiqué. En outre, ajoute l’OMS, Mbandaka dispose de liaisons aériennes avec la province du Sud-Ubangi, qui borde la Centrafrique et la République du Congo, et avec Kinshasa.

Mais l’OMS qualifie pour l’instant de «modéré» le risque au niveau régional et de «faible» sur le plan international. L’agence onusienne ne recommande aucune restriction aux voyages et au commerce à destination de la RDC.

«Soutien logistique nécessaire»

Le risque de propagation en RDC est jugé «élevé» en raison de la présence de réservoirs animaux et d’hôtes intermédiaires, de la fréquence élevée des épidémies d’Ebola dans le pays, de facteurs environnementaux et d’un système de santé affaibli par des épidémies en cours de choléra, rougeole et Covid-19, entre autres. Il s’agit de la 14e épidémie d’Ebola en RDC depuis 1976.

Lire aussi: Sciences. Un vaccin protège des macaques contre la fièvre hémorragique d'Ebola

Bien que Mbandaka ait connu deux épidémies d’EVD en 2020 et 2018, l’OMS souligne que certaines des améliorations apportées au système de santé lors des précédentes épidémies n’ont pas été maintenues.

«Il est nécessaire de soutenir les professionnels de santé de la province pour mener une réponse efficace. En outre, un soutien logistique est nécessaire pour réactiver l’infrastructure sanitaire mise en place lors des épidémies précédentes», demande l’OMS. Selon l’organisation, 200 doses de vaccin ont été expédiées à Mbandaka. La vaccination a commencé le 27 avril. D’autres doses seront expédiées en fonction des besoins.

Lire aussi: Un héros de la lutte contre Ebola succombe au virus

Identifié pour la première fois en 1976 en RDC (ex-Zaïre), le virus Ebola se transmet à l’homme par des animaux infectés. La transmission humaine se fait par les liquides corporels, avec pour principaux symptômes des fièvres, vomissements, saignements, diarrhées.