Manifestations

Echauffourées en marge de l’acte 23 des «gilets jaunes» en France

A Paris, un face-à-face tendu s’est déroulé entre manifestants et forces de l’ordre qui ont fait usage de gaz lacrymogènes. Environ 9600 personnes manifestaient en milieu d’après-midi dans le pays, dont 6700 dans la capitale

Mobilisés depuis plus de cinq mois, les «gilets jaunes» étaient de retour dans la rue samedi pour un acte 23 marqué par de nouvelles tensions à Paris. Des échauffourées ont éclaté en début d'après-midi près de la place de Bastille, a constaté une journaliste de l'AFP. Elles se sont poursuivies aux abords de la place de la République par un face-à-face tendu entre manifestants et forces de l'ordre qui ont fait usage de gaz lacrymogènes et ont procédé à plusieurs charges, parfois munies de lanceurs de balles de défense.

Au milieu de scooters incendiés, des manifestants jetaient bouteilles et autres projectiles en direction des forces de l'ordre. Certains criaient «Suicidez-vous, suicidez-vous», en référence à la vague de suicide sans précédent qui touche la police nationale depuis le début de l'année.

Mobilisation plus importante que la semaine dernière

Environ 9600 «gilets jaunes» manifestaient à 14h, dont 6700 à Paris, des chiffres en hausse par rapport à la semaine précédente, selon le ministère de l'Intérieur. Samedi dernier, à la même heure, ils étaient 7500 dans tout le pays, dont 1300 dans la capitale.

Lire: Toulouse «capitale» de l'acte 22 des «gilets jaunes»

Dans un tweet, la préfecture de police a appelé les manifestants à se «désolidariser des groupes violents». A la mi-journée, la police avait procédé à 137 interpellations et plus de 11 000 contrôles préventifs à Paris, selon la préfecture.

La manifestation parisienne, partie de Bercy, dans le sud-est de la capitale, s'était jusque-là déroulée dans un calme relatif autour des mots d'ordre portés par ce mouvement protéiforme pour plus de pouvoir d'achat et de démocratie directe. Un autre cortège, parti lui de la basilique de Saint-Denis mais beaucoup moins suivi, se déroulait sans le moindre incident, a constaté l'AFP.

Lire également: Après les conclusions du «grand débat national», l’heure des questions

Publicité