«Officiel et définitif.» Avec ces deux adjectifs, saluant le rapport la blanchissant de toute violation du code de conduite ministériel, Nicola Sturgeon espérait mardi avoir tiré un trait définitif sur l’un des épisodes les plus désagréables de sa carrière. La première ministre écossaise, au pouvoir depuis 2014, est sortie victorieuse de longs mois de bataille politique à mort au sommet de l’Etat. Mardi soir, sauf énorme coup de théâtre, le parlement écossais devait rejeter une motion de défiance déposée contre elle par l’opposition.