Etats-Unis

Edward McMullen, le blason de Donald Trump en Suisse

Nommé ambassadeur à Berne, l'homme d'affaires et stratège politique était l'un des premiers à intégrer l'équipe de transition du président. Il possède des liens étroits avec la Suisse

Il se familiarisera bientôt avec le quartier bernois de Monbijou à deux pas du Palais fédéral, là où se niche la représentation des Etats-Unis en Suisse. Edward McMullen, un proche de Donald Trump, a été nommé ambassadeur en Suisse et au Liechtenstein, comme l'avait annoncé la RTS. La Maison-Blanche a confirmé vendredi le choix par communiqué. Il entrera en fonction après une longue vacance, Suzi Levine, qui officiait sous Barack Obama, ayant quitté la Suisse le 20 janvier 2017 en même temps que le président sortant. La date d'entrée en fonction d'Edward McMullen n'est pas encore précisée: le Sénat doit encore avaliser sa nomination. 

Des journées intenses avec Trump 

New-Yorkais, Edward McMullen a fait l'essentiel de sa carrière en Caroline du Sud, où il préside McMullen Public Affairs, une société de conseil et de marketing dans les domaines de politique publique et du monde des affaires, qui a des bureaux à Columbia, Charleston et Washington DC. Très lié au président américain, il avait non seulement dirigé avec une grande énergie la campagne de Donald Trump lors des primaires en Caroline du Sud, il était aussi membre de son équipe de transition, celle chargée de constituer sa garde rapprochée et son cabinet. Avec des journées très chargées. «Nous allions nous coucher à 6 heures du matin, et à 8 heures nous étions de retour à la Trump Tower pour organiser la transition», se rappelle-t-il dans le journal The State.

Dans la même publication, le promoteur immobilier Bill Stern, un ami d'Edward McMullen, insinue que si d'autres personnalités de Caroline du Sud, à l'image de Nikki Haley, ambassadrice américaine auprès des Nations-Unies, ou de Mick Mulvaney, le directeur du Bureau de la gestion et du budget, ont obtenu des postes importants au sein de l'administration Trump, c'est en partie grâce à lui. 

Des liens avec Stephen Bannon

Ce père de deux enfants a aussi travaillé pour la Heritage Fondation, dans laquelle siège une influente donatrice de Donald Trump, Rebekah Mercer, fille du milliardaire Robert Mercer. Un laboratoire d'idées conservateur de Washington, qui a notamment alimenté le Tea Party sous la présidence de Jim DeMint, ex-sénateur de Caroline du Sud. Le controversé Stephen Bannon, ex-conseiller stratégique de Donald Trump limogé il y a quelques semaines, en faisait aussi partie.

Lire aussi: Dans l'ombre de Donald Trump, la famille Mercer

Dans le CV d'Edward McMullen, on retrouve aussi des traces de la Suisse: il fait partie des anciens élèves de la American-Swiss Foundation Young Leaders Conference, et a régulièrement voyagé en Suisse et en Italie. Contacté samedi, Edward McMullen ne souhaite pas s'exprimer avant la confirmation du Sénat. De son côté, Andreas Ledergerber, le porte-parole de l'Ambassade de Suisse à Washington, confirme que la Confédération a donné son agrément à la nomination d'Edward McMullen, «il y a environ deux semaines». 

Le nouvel ambassadeur oeuvrera notamment dans le domaine des échanges économiques entre les Etats-Unis et son pays hôte. Avec cinq autres pays dont la Chine et l'Allemagne, la Suisse est montrée du doigt dans un récent rapport du Trésor américain pour son excédent commercial vis-à-vis des Etats-Unis, un excédent chiffré à environ 17 milliards de francs selon les Américains. Les Etats-Unis sont le deuxième pays de destination des exportation suisses. Les entreprises suisses investissent environ 224 milliards de dollars aux Etats-Unis. Elles sont environ 500 à être présentes sur sol américain et fournissent près d'un demi-million d'emplois.

Suzi LeVine, très active sur les réseaux sociaux, était arrivée en Suisse soucieuse d'entamer une nouvelle lune de miel après des relations tendues liées notamment à l'affaire UBS. Edward McMullen va-t-il rester dans cette optique? Il permettra en tout cas à la diplomatie et au gouvernement suisse d'avoir un lien plus direct avec Donald Trump. Récemment, Johann Schneider-Ammann a pu mener une opération de séduction auprès d'Ivanka Trump, la fille du président, pour lui vanter les mérites du système suisse de formation professionnelle qui intéresse fortement les Américains.

Lire aussi: Ivanka Trump, la porte d'entrée de la Maison-Blanche pour Johann Schneider-Ammann

Publicité