Nombre de citoyens et d’internautes s’impatientent de connaître le nom du futur président des Etats-Unis. Alors que le dépouillement des bulletins de vote se poursuit, les réseaux sociaux sont devenus un terrain de défoulement où prédictions, moqueries et théories se confrontent. Une vidéo est particulièrement relayée sur Twitter et Facebook: celle de l’interview de Bernie Sanders dans l’émission populaire The Tonight Show de Jimmy Fallon.

En deux minutes, l’ancien candidat à l’investiture démocrate pour la présidentielle dresse le constat de la situation actuelle: la difficulté de certains Etats à comptabiliser les votes par correspondance et le comportement de Donald Trump face aux résultats. Il déclarait, le 24 octobre dernier, que la Pennsylvanie, le Michigan et le Wisconsin «ne seront pas en capacité, pour de mauvaises raisons, de comptabiliser tous ces votes avant le jour de l’élection, ou quand les sondages s’arrêteront». Et effectivement, les résultats de ces Etats sont encore attendus.

Le sénateur du Vermont confiait avoir peur que Donald Trump profite «des premiers votes comptés, soit ceux des gens qui sont venus dans les bureaux de vote le jour de l’élection, qui seront républicains» et qu’il affirme dans la foulée: «Merci les Américains de m’avoir réélu, c’est terminé, passez une bonne journée.» Le président encore en place s’est justement exprimé sur son avance depuis la Maison-Blanche disant: «Franchement, nous avons gagné cette élection.»

L’autre crainte de Bernie Sanders était qu’une fois le dépouillement des bulletins de vote de ces Etats achevé, si Joe Biden les remporte, «alors Trump dira: «Vous voyez? Je vous avais dit que tout était frauduleux, que ces votes par correspondance étaient malhonnêtes. Nous ne céderons pas la présidence.» Le terme de «fraude» a d’ores et déjà été employé à maintes reprises par Donald Trump, qui a même annoncé «saisir la Cour suprême pour que le vote s’arrête».

D’autres internautes relaient des images et vidéos de la série animée The Simpsons, qui avait prédit l’élection de Donald Trump en l’an 2000. Dans cet épisode, Lisa Simpsons succède à Donald Trump et tente de résoudre les dégâts causés par sa politique économique. Si Matt Groening, le réalisateur de la série, a eu raison de nouveau, le prochain locataire de la Maison-Blanche sera donc une femme. Des internautes imaginent ainsi la victoire de Joe Biden, mais sa vice-présidente Kamala Harris serait alors aux commandes.

Même si l’annonce des résultats définitifs tarde, ceux des petits candidats ne changeront pas foncièrement la donne. C’est le cas du rappeur Kanye West, qui a obtenu un petit nombre de votes en sa faveur. Si ce dernier vient d’annoncer officiellement qu’il se présenterait de nouveau lors des prochaines élections présidentielles, son score fait la risée d’internautes, notamment français, qui le comparent à Jean-François Copé.

Cette élection est largement suivie en dehors des frontières des Etats-Unis. La complexité du système américain est elle aussi au centre de railleries sur les réseaux sociaux. Tout le monde attend les résultats des votes pour que les grands électeurs puissent à leur tour voter. Trump avait perdu le vote populaire en 2016, mais avait finalement remporté l’élection. Un casse-tête de compréhension pour certains.

La réaction houleuse de Donald Trump est également prise pour cible. Des internautes font le parallèle entre ses propos et ceux tenus par des présidents de pays africains. Pour eux, ses propos sont dignes de ceux tenus par des dictateurs.

Si des personnes suivent le décompte à la seconde sur leur ordinateur et se délectent de ses soubresauts vécus comme ceux d’une bonne série Netflix, d’autres se sont branchés sur les chaînes d’information en continu et s’amusent à pointer leurs erreurs. Parmi elles, grimace et fatigue de présentateur ou présentatrice, inversion des couleurs bleu et rouge ou visuel du graphique erroné.