On savait que la succession d’Angela Merkel, qui a officié comme chancelière allemande pendant 16 ans (4 mandats), ne serait pas facile. Les élections législatives allemandes de dimanche le confirment. Entre les sociaux-démocrates (25,7%) et les chrétiens-démocrates (24,1%), les deux plus grands partis outre-Rhin, il n'y a qu'un petit point d’écart qui complique la donne.