Alors que le pays vit la pire crise socio-économique de son histoire, le secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a déclaré lundi attendre «avec impatience la formation rapide d'un gouvernement inclusif» au Liban après la tenue des élections législatives dans ce pays. Il a félicité le pays pour la bonne tenue de ce scrutin.

La formation d'un exécutif permettra de «finaliser l'accord [en discussions, ndlr] avec le Fonds monétaire international (FMI) et accélérer la mise en oeuvre des réformes nécessaires pour mettre le Liban sur la voie de la reprise», précise le communiqué transmis par le porte-parole du chef de l'ONU.

Lire aussi: Au Liban, les espoirs réduits du camp de la contestation

«Le secrétaire général compte également sur le nouveau parlement pour adopter d'urgence toutes les lois nécessaires à la stabilisation de l'économie et à l'amélioration de la gouvernance», ajoute le communiqué. «A cet égard, il appelle les dirigeants politiques libanais à travailler conjointement dans l'intérêt supérieur du Liban et du peuple libanais.»

Une faible participation

Le plus grand bloc parlementaire du Liban, mené par le puissant mouvement armé du Hezbollah pro-iranien, semble avoir subi un revers face à l'opposition et aux indépendants, selon des résultats partiels des élections législatives publiés lundi.

Lire notre reportage: Liban: à la veille des élections, une machine électorale plus généreuse que jamais

La participation a été particulièrement faible dans les régions à dominante sunnite, l'une des principales communautés de ce pays régi par un système politique basé sur un partage communautaire du pouvoir.