Publicité

Elisabeth Borne peine à surprendre avec sa feuille de route pour sortir de l’impasse

La première ministre française a dévoilé le détail des «cent jours d’apaisement» et «d’action» annoncés par Emmanuel Macron. Un programme gouvernemental qui fait face au mur d’un parlement sans majorité absolue

Elisabeth Borne le 21 avril. — © GUILLAUME SOUVANT / AFP
Elisabeth Borne le 21 avril. — © GUILLAUME SOUVANT / AFP

Depuis la promulgation de sa réforme des retraites, Emmanuel Macron multiplie les prises de parole offensives sur d’autres sujets pour essayer de tourner la page d’un mouvement social qui ne veut pas lâcher l’affaire. Il pense pouvoir le faire en annonçant l’ouverture de multiples chantiers, dont il a présenté plusieurs aspects lors de ses apparitions ces derniers jours. Sa première ministre, Elisabeth Borne, avait pour mission de détailler l’ensemble de ces réformes et surtout de ces plus petites mesures que le président avait parfois très rapidement survolées. Elle l’a fait ce mercredi, sans grand entrain et avec quelques reculades, à l’occasion d’une conférence de presse.

Cette feuille de route des «cent jours d’apaisement» et «d’action» dans l’«accélération», annoncés par le président lors de son allocution télévisée du 17 avril, avec un bilan prévu le 14 juillet, s’est ouverte par la promesse qu’elle déboucherait sur «des solutions concrètes, des actions qui changent la vie». «Je ne crois qu’aux résultats tangibles pour les Français», a affirmé Elisabeth Borne.

Cet article vous intéresse?

Ne manquez aucun de nos contenus publiés quotidiennement - abonnez-vous dès maintenant à partir de 9.- CHF le premier mois pour accéder à tous nos articles, dossiers, et analyses.

CONSULTER LES OFFRES

Les bonnes raisons de s’abonner au Temps:

  • Consultez tous les contenus en illimité sur le site et l’application mobile
  • Accédez à l’édition papier en version numérique avant 7 heures du matin
  • Bénéficiez de privilèges exclusifs réservés aux abonnés
  • Accédez aux archives