PS et Europe Ecologie ont négocié toute la journée d’hier dans un hôtel parisien un «accord national» en vue du second tour des élections régionales, accord entouré d’une certaine confusion puisque annoncé d’abord, et démenti dans la foulée.

En régions cependant, des discussions parallèles aboutissaient à de nombreuses fusions de listes. Le but : éviter des triangulaires qui pourraient cependant se produire en Bretagne, selon les dernières informations disponibles mardi matin

Au lendemain d’un scrutin flatteur principalement pour le PS, mais aussi pour les écologistes et le Front de gauche (PCF + Parti de Gauche), des délégués de ces formations se sont retrouvés aux Halles pour explorer les voies et moyens d’un rassemblement. Face à une droite prompte à accuser la gauche de désunion, le PS était soucieux d’afficher un accord rapide avec ses partenaires.

Imbroglio

Après plusieurs heures de négociations, le socialiste Claude Bartolone et Pascal Durand d’Europe Ecologie annonçaient triomphalement, peu avant 20H00, la conclusion d’un «accord national».

Mais à peine l’annonce rendue publique, Jean-Vincent Placé, numéro deux des Verts, assurant parler en accord avec la secrétaire nationale Cécile Duflot, douchait l’enthousiasme: «A l’heure à laquelle on parle, il n’y a pas d’accord national». «Il y a une volonté commune d’un accord ensemble dans toutes les régions», avec le principe de la proportionnelle acté et des avancées sur la gouvernance, tempérait-il. Mais «comment peut-on parler d’accord national alors que des régions, comme l’Ile-de-France, discutent encore».

La presse se retournait alors vers Jean-Marc Brûlé, autre négociateur écologiste, secrétaire national adjoint des Verts, qui maintenait l’existence de l’accord. Il qualifiait l’imbroglio de «petit incident compréhensible après de longues heures de fatigue».

Dernier délai: ce soir, 18h00

Les candidats restant en lice pour le second tour des régionales ont jusqu’à 18H00 ce soir pour boucler les éventuelles fusions avec d’autres listes et faire officiellement acte de candidature.

C’est en effet le dernier délai pour déposer en préfecture les listes en vue du second tour dans les 25 régions, la Guadeloupe ayant élu son conseil régional dès le premier tour.

Mardi matin, Cécile Duflot, secrétaire nationale des Verts a annoncé qu’un accord serait annoncé à la mi-journée, ne concernant pas la Bretagne, «du fait des socialistes».