L'essentiel

Alors que la question de la discipline de confinement a été mise en avant comme enjeu du week-end pascal, les polices cantonales constatent un bon respect des mesures sanitaires. Le nombre de contaminations continue toutefois de grimper.

Emmanuel Macron a annoncé lundi soir la fin du confinement strict au 11 mai, mais pas pour les lieux publics.

Pays le plus touché, les Etats-Unis recensaient dimanche soir 1514 nouveaux décès dus au coronavirus en 24 heures. Un chiffre en repli pour le deuxième jour consécutif.

Retrouvez les nouvelles de dimanche.


■ Les annonces d'Emmanuel Macron ce lundi soir

Les président français Emmanuel Macron s'est exprimé ce lundi soir lors d'une allocution solennelle, la troisième depuis le début de la crise sanitaire.

Nouvel horizon, le 11 mai. Il a annoncé la reconduction du confinement strict – il faut présenter une feuille préremplie lors de toute sortie – jusqu'au 11 mai. Il a indiqué que dès le 11 mai, le gouvernement rouvrira les crèches et les écoles, «une priorité».

Pour les universités, les cours «ne reprendront pas jusqu'à l'été».

Pas de restaurants et festivals avant des mois. Les restaurants, salles de spectacles et autres lieux publics «resteront fermés à ce stade». Les festivals ne pourront pas se tenir «avant mi-juillet». Ce point laisse planer le doute concernant les Vieilles Charrues, principal festival estival français (du type de Paléo), qui est prévu du 16 au 19 juillet.

Tests et app. Dès le 11 mai, les tests de dépistages massifs seront mis en place, pour «mettre en quarantaine les personnes touchées». Le président français rappelle que son gouvernement planche, «avec nos partenaires européens», sur une application de repérage des personnes atteintes.

Les masques. Emmanuel Macron n'a pas parlé de port de masque obligatoire, mais laissé entendre que ce pourrait être le cas dans les transports publics.


■ De bons élèves et quelques récalcitrants: le week-end de Pâques se termine sur une note positive

La police a veillé au grain en ce long week-end de Pâques. Dans l'ensemble, la population a bien respecté les mesures sanitaires, selon les divers services de polices cantonales. De nombreuses personnes ont cependant été récalcitrantes à respecter le message principal qui était de rester à la maison.

Dans le canton de Vaud, beaucoup de personnes étaient à l'extérieur, mais les mesures de distanciation sociale étaient dans l'ensemble bien respectées. La police vaudoise a toutefois distribué 562 amendes et dénoncé 64 personnes entre vendredi matin et lundi matin, dans des cas où les distances n'étaient pas respectées ou si plus de de cinq personnes étaient rassemblées. Ce chiffre n'a toutefois pas connu une croissance exponentielle par rapport aux jours précédents, a précisé à Keystone-ATS Florence Maillard, de la police cantonale vaudoise. A Genève, près de 200 personnes ont été verbalisées. 


■ Le Tessin va dépenser plus de 300 millions de francs par mois pour financer le chômage partiel

Le Tessin a déjà reçu 11 000 demandes d'indemnité assurance perte de gain (APG) d'indépendants en difficulté après l'arrêt des activités décrétées par ce canton. Les entreprises ont elles déposé 13 000 demandes pour que près de 100 000 employés touchent le chômage partiel.

Le canton du Tessin va dépenser plus de 300 millions de francs par mois pour financer le chômage partiel, indique-t-il dans un communiqué publié lundi. Ces mesures sont liées à celles prises par le Conseil fédéral le 20 mars dernier visant à atténuer les dégâts économiques de la pandémie de coronavirus. Du côté des indépendants, les premiers paiements seront effectués dès mardi. Selon une première estimation, cela pourrait représenter une somme allant de 40 à 50 millions de francs par mois. La tendance est similaire dans le reste du pays.


■ Les taux des prêts-relais sont variables 

Les prêts à 0%, jusqu’à 500 000 francs, octroyés par milliers depuis mi-mars aux entreprises en quête de liquidités pourraient devenir plus encombrants qu’il n’y paraît. La RTS indique en effet lundi qu’une lecture attentive de l’Ordonnance sur les cautionnements solidaires liés au Covid-19 permet de découvrir que dès le 31 mars 2021, les taux à 0% peuvent être réévalués. Il s’agira d’une décision prise en concertation entre le DFF et les banques prêteuses. Interrogé, le Seco précise qu’aucun plafonnement des taux n’est prévu. Pour rappel, ces prêts, garantis par la Confédération, sont octroyés pour une durée de 5 ans, prolongeable de 2 ans.


■ Des œuvres d'art aux balcons berlinois

Alors que galeries et musées sont clos, une cinquantaine d'artistes installés à Berlin présentent leurs œuvres... sur leur balcon et invitent le public à «une promenade intime» à la découverte de leurs créations.

Les balcons sont des «sorties de secours pour prendre l'air, passer un moment au soleil ou fumer» en ces temps de confinement, expliquent les deux commissaires de l'exposition, Övül Durmusoglu et Joanna Warsza qui ont donné 48 heures aux artistes pour donner libre cours à leur imagination.


■ Un marin du Theodore Roosevelt meurt du Covid-19

Un marin du porte-avions américain USS Theodore Roosevelt est mort lundi de complications du Covid-19 sur l'île de Guam, dans le Pacifique, où le navire contaminé par le coronavirus a été partiellement évacué, a annoncé l'US Navy.

Le marin, dont ni l'identité ni l'âge n'ont été divulgués, avait été trouvé inconscient vendredi matin lors d'un contrôle médical quotidien dans les installations mises à disposition de l'équipage.

Lire aussi: L'affaire du porte-avions contaminé par le Covid-19 coûte sa place au chef de l'US Navy


■ Boris Johnson récupère du coronavirus avant une décision sur le confinement

Le premier ministre britannique récupère du coronavirus à la campagne après avoir frôlé la mort, au premier jour d'une semaine où son gouvernement doit décider de l'extension du confinement pour freiner une épidémie qui a fait plus de 10 000 morts.

Après une semaine éprouvante dans l'hôpital londonien de Saint Thomas, où il a passé plusieurs jours en soins intensifs, le dirigeant conservateur de 55 ans est arrivé dimanche à Chequers, à une cinquantaine de kilomètres au nord-ouest de Londres. C'est dans ce manoir du XVIe siècle en briques rouges, résidence de campagne des chefs du gouvernement depuis 1921, qu'il a entamé sa convalescence, rejoint lundi par sa compagne enceinte Carrie Symonds.


■ L'Allemagne étudie un retour «par étapes» à la normale

L'Allemagne se prépare à lever progressivement les restrictions liées à l'épidémie de nouveau coronavirus, profitant d'une situation moins dramatique que dans d'autres pays européens avec notamment une mortalité encore inférieure. Dans ses très attendues recommandations publiées lundi, l'Académie nationale des Sciences Leopoldina a prôné un retour «par étapes» à la normale si notamment les chiffres des nouvelles contaminations «se stabilisent à un bas niveau» et si «les mesures d'hygiène sont maintenues».

Lire aussi: Moins de morts en Allemagne, mais pour combien de temps?

Or, c'est sur la base des conclusions de cette institution que la chancelière Angela Merkel doit décider mercredi, avec les chefs des seize Etats régionaux, de la suite des mesures de confinement lancées à la mi-mars et prévues en l'état jusqu'au 19 avril.


■ La Chine assure «ne pas vouloir» de guerre de propagande

La Chine veut éteindre la polémique. Accusée en Allemagne de vouloir influencer de hauts fonctionnaires pour parler positivement de sa gestion de la pandémie de Covid-19, elle a réfuté lundi ces allégations, assurant «ne pas vouloir de guerre de propagande».

Lire aussi: Antoine Bondaz: «La Chine instrumentalise cette pandémie»

Le quotidien allemand Die Welt a affirmé dimanche que de hauts fonctionnaires et personnels de ministères allemands ont été invités «à s'exprimer en termes positifs sur la gestion chinoise du coronavirus». Le journal dit s'appuyer sur un document confidentiel du ministère allemand des Affaires étrangères, qui, lui, refuse de confirmer ou démentir ces informations. Invité par l'AFP à réagir, le ministère chinois des Affaires étrangères a assuré que son pays était déterminé à «renforcer la coopération internationale contre l'épidémie».


■ La Suisse a enregistré moins de contaminations ce week-end

Le nombre de contaminations continue de grimper en Suisse, mais de façon moins forte pendant le week-end de Pâques. Le pays compte lundi 25 580 personnes testées positives, soit 280 de plus que la veille. Un ralentissement des nouvelles contaminations est toutefois observé. Dimanche, le pays comptait 400 nouveaux cas. Samedi, ce chiffre s'élevait à 592. On semble s'éloigner des 1000 cas quotidiens enregistrés fin mars.

«Le nombre de cas est soumis à une fluctuation hebdomadaire avec des nombres plus faibles le week-end», précise l'Office fédéral de la santé dans un rapport publié ce lundi. Reste que la Suisse connaît toujours l’une des incidences les plus élevées en comparaison internationale avec 298 cas en moyenne sur 100 000 habitants. 

885 personnes sont décédées depuis le début de la crise. Au Tessin, sept nouveaux décès ont été enregistrés en 24 heures pour un total de 251.


■ L'Espagne parie sur la reprise du travail

Malgré un rebond dimanche du nombre de morts causés par la pandémie du coronavirus, l'Espagne va faire lundi le pari de l'optimisme, en autorisant une reprise partielle du travail. Les Espagnols seront autorisés à reprendre, dans une certaine mesure, le chemin des usines, des chantiers et des bureaux. «Nous restons loin de la victoire, du moment où nous retrouverons cette normalité dans nos vies», a déclaré dimanche le chef du gouvernement Pedro Sanchez.

Pour tenter de relancer une économie encore fragile tout en évitant un rebond des contagions, les autorités espagnoles ont annoncé la distribution, dans les métros et les gares, de dix millions de masques aux personnes obligées d'emprunter les transports en commun.


■ Un couple de globe-trotteurs bloqué sur un parking de Floride

«Nous attendrons, comme tout le monde.» Cela fait quatre ans qu'ils parcourent le monde, visitant cinquante pays sur cinq continents. Mais à cause de la pandémie, ce couple est bloqué en Floride et vit depuis deux semaines sur un parking près de Miami, avec des visas sur le point d'expirer. «Nous avions un rêve, et ce rêve était de traverser le monde en voiture», raconte l'Italien Aldo Giaquinto, 38 ans, qui voyage avec son épouse Vera Kozlovskaia, une Moldave de 35 ans.

Bloqué, le couple se sent nerveux. Ils ont demandé à prolonger leur visa de touristes mais ils n'ont pas encore obtenu de réponse. «Nous savons qu'il y a des gens dont la situation est bien pire, nous sommes reconnaissants pour tout ce que nous avons», confie Vera Kozlovskaia.


■ Moscou lance un laissez-passer électronique

Un système de laissez-passer électronique voit le jour à Moscou. Objectif: renforcer le contrôle du confinement dans la capitale russe, épicentre de l'épidémie dans le pays avec des services de santé surchargés. Ce laissez-passer concerne les déplacements en voiture ou en transports en commun pour aller, par exemple, au travail, chez le médecin ou à sa maison de campagne.

Les Moscovites pourront encore se déplacer librement à pied pour aller au supermarché ou promener leur chien. Mais la mairie a prévenu qu'elle pourrait élargir le système à ces déplacements piétons dans son quartier.


■ En Suisse, les mesures sanitaires sont globalement respectées

Le week-end de Pâques a fait craindre un relâchement de la population. Mais selon les polices cantonales, les mesures de confinement sont globalement respectées. Si quelques personnes ont visité des lieux touristiques fermés, le nombre d’amendes comptabilisé reste dans la moyenne, indique la RTS. La circulation routière est fluide dans le pays, à l'image du Gothard où le trafic a jusqu'ici été calme.


■ L'espoir d'un ralentissement aux Etats-Unis

«C'est une peste comme notre pays n'en a jamais vu, mais nous gagnons la bataille, nous gagnons la guerre», affirme le président Donald Trump dans un message vidéo de Pâques sur Twitter. Les Etats-Unis recensent dimanche soir 1514 nouveaux décès dus au coronavirus en 24 heures, selon un décompte quotidien de l'université Johns Hopkins. Ce chiffre est en repli pour le second jour consécutif.

L'université américaine de médecine, dont les bilans font référence, avait recensé 1920 nouveaux morts samedi et 2108 vendredi. Les Etats-Unis sont le pays le plus touché par le Covid-19 avec au moins 22 020 décès et plus de 555 000 cas confirmés à ce jour.

Lire aussi: «Pire que le 11-Septembre»: un secouriste témoigne

La situation est particulièrement grave dans l'Etat de New York, épicentre de la maladie avec plus de 9000 morts, dont près de 7000 dans la seule ville de New York. «On ne voit pas de baisse importante, c'est juste une stabilisation», a nuancé dimanche le gouverneur de l'Etat, Andrew Cuomo. Donald Trump et son administration ont été avertis à plusieurs reprises de la menace que le virus pouvait représenter pour la vie et l'économie du pays. «Une action plus précoce aurait pu freiner la propagation», souligne le média américain Axios.