Sa partition s’annonce bien rodée. Face à Marine Le Pen, Emmanuel Macron aura ce mercredi soir deux avantages: la maîtrise des dossiers héritée de cinq années passées à présider la France, et son talent pédagogique démontré, entre autres, lors du «grand débat national» du printemps 2019. Le tout avec, à son actif, son arrivée en tête au premier tour le 10 avril avec 27,8% des voix et sa cote de popularité supérieure à celle de ses prédécesseurs: 42% en fin de mandat selon l’institut Ifop, contre 36% pour Nicolas Sarkozy en 2012 et 22% pour François Hollande en 2016, au point, pour celui-ci, de renoncer à se représenter.