Une large victoire dans les urnes peut cacher de redoutables défis politiques: telle est la principale leçon de la réélection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République française dimanche. Fort de 58,6% des suffrages (contre 66,1% en 2017), le chef de l’Etat français sortant a devant lui une échéance majeure: les législatives des 12 et 19 juin. Avec, d’ici là, l’obligation d’imposer un nouveau style et de démontrer qu’il va savoir tirer les leçons de ce scrutin. Que peut-il faire concrètement pour marquer le changement? Premières pistes…