L'essentiel

Le Conseil fédéral a modifié les ordonnances concernant les aides pour les entreprises et les indépendants. En outre, les personnes travaillant dans le secteur culturel bénéficieront rétroactivement d'indemnisations pour les pertes financières subies à partir de novembre 2020.

Le président français Emmanuel Macron annoncé un nouveau resserrement en France, l'extension des mesures à tout le pays, et la fermeture des écoles.

Retrouvez notre suivi de la journée de mardi


■ Emmanuel Macron évoque une réouverture «progressive» dès mi-mai

Le président français s’exprime dans une allocution télévisée. Il lance: «Le virus circule fortement. Là où nos voisins ont choisi de confiner depuis des mois» – il cite l’Allemagne et l’Italie –, «nous avons gagné des semaines pendant lesquelles les enfants ont appris».

Il ajoute: «Nous faisons face à une nouvelle donne. Nous sommes entrés dans une course de vitesse.» Il vante le dispositif des couvre-feu, dont il assure qu'il fonctionne. «Mais ce n'est pas suffisant. Nous devons pour les mois à venir fournir un effort supplémentaire.»

S'agissant des écoles, le sujet qui fâche en France, le président souligne le fait que son gouvernement a rouvert les écoles plutôt rapidement par rapport à d'autres pays. «Oui, le virus sévit dans les établissements scolaire. L'école n'est pas négociable, mais il faut freiner le virus.»

En pratique: trois semaines d'écoles fermées. Dès lundi prochain, crèches, écoles, collèges et lycées seront fermés pendant trois semaines, jusqu'au 25 avril au moins. Les étudiants pourront continuer à se rendre à l'université une journée par semaine.

Des commerces fermés dans tous le pays. Les restrictions en vigueur depuis la mi-mars dans 19 départements seront étendues à l'ensemble du territoire pour quatre semaines à partir de samedi. Ces mesures, déjà en place en Ile-de-France et dans les Hauts-de-France, comportent la fermeture de certains commerces et l'interdiction de se déplacer à plus de 10 km. Les dispositifs d'aide aux entreprises et aux salariés sont prolongés.

Une première réouverture «à mi-mai». Le président français évoque une «réouverture progressive» à mi-mai, en mentionnant en particulier les terrasses. Pour la culture, ce sera en été.


■ Les conseils de l'OMS pour Pâques: «Sortez»!

A quelques jours de Pâques et à deux semaines du début du Ramadan, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) publie des recommandations sur les rassemblements religieux en Europe. Elle appelle à organiser les rassemblements à l'extérieur dans les pays où ils sont encore autorisés.

«Dans les pays confrontés à une importante circulation du virus, les réunions virtuelles, le report ou la réduction de la taille de ces rassemblements doivent être sérieusement envisagés», écrit l'OMS Europe dans un communiqué englobant les fêtes religieuses du printemps.

De façon générale, «tout office religieux devrait avoir lieu à l'extérieur quand c'est possible ou être limité en taille ou en durée, avec une distanciation sociale, de l'aération, de l'hygiène des mains et l'usage de masques», recommande l'organisation onusienne.


■ L'OMS déconseille l'utilisation de l'ivermectine pour les patients covid

L'Organisation mondiale de la santé a recommandé mercredi «de ne pas utiliser l'ivermectine» pour les patients atteints du Covid-19, à l'exception d'essais cliniques. L'ivermectine est un antiparasitaire couramment utilisé qui fait l'objet d'une intense campagne de promotion sur les réseaux sociaux, mais selon un panel d'experts de l'OMS, les données des études cliniques pour en mesurer l'efficacité contre le Covid-19 n'ont pas fourni de résultats probants.

Cette recommandation de l'OMS arrive dans le sillage de celle de l'Agence européenne des médicaments (EMA) qui, comme l'OMS, ne recommande pas son usage si ce n'est pour des essais cliniques.

L'engouement d'une partie du public pour ce médicament à usage vétérinaire et humain vient notamment d'une étude australienne, publiée au printemps 2020, qui a observé une efficacité in vitro, c'est à dire en laboratoire, de l'ivermectine sur le Sars-CoV-2. Peu chère, déjà utilisée dans certains pays, par exemple en Amérique latine, l'ivermectine partage des points communs avec l'hydroxychloroquine, défendu bec et ongles par certains médecins et personnalités politiques, bien que son efficacité n'ait pas été prouvée et qu'un vaste essai clinique ait même conclu à l'absence d'effets.


■ Ukraine: plus de 400 morts du covid dans les dernières 24h

L'Ukraine, où la vaccination contre le Covid-19 est à la traîne, a enregistré mercredi un nouveau record de morts liées au coronavirus en 24 heures, atteignant pour la première fois le chiffre de 407. Le même jour, 11 226 nouveaux cas de coronavirus ont été recensés.

Le nombre des hospitalisations quotidiennes a également atteint un nouveau record, 5 558, un défi pour le système de santé très délabré de ce pays, l'un des plus pauvres d'Europe.


■ Le Covid-19, troisième cause de décès aux Etats-Unis en 2020

Le Covid-19 a été la troisième cause de décès aux Etats-Unis en 2020, derrière les maladies cardiovasculaires et le cancer, selon des chiffres provisoires communiqués par les autorités sanitaires américaines.

Le coronavirus a provoqué une hausse de plus de 15% du taux de mortalité général par rapport à 2019 dans le pays, ont-elles également déclaré. Ce taux n'avait pas connu d'augmentation depuis 2017.


■ Moutier appelle à se faire tester après la célébration du «oui»

La Ville de Moutier appelle la population à se faire tester après le rassemblement de milliers de personnes venues célébrer la victoire du «oui» dimanche. Nombre de sympathisants jurassiens ne portaient pas de masque et ne respectaient pas les distances.

En lançant cet appel, le Conseil municipal prévôtois veut éviter une recrudescence exponentielle de cas de Covid-19. Il recommande aux habitants et aux personnes qui ont participé aux festivités ayant suivi la votation sur l'appartenance cantonale de Moutier de se faire tester d'ici la fin de cette semaine.

Les images de la foule qui se pressait dans les rues de Moutier, devant l'Hôtel de Ville et sur la Place de la gare, ont suscité la controverse alors que le nombre de cas de Covid-19 augmente en Suisse.


■ Pfizer revendique une efficacité «de 100%» pour son vaccin chez les 12-15 ans

Les essais de phase 3 menés sur 2260 adolescents aux Etats-Unis «ont démontré une efficacité de 100% et des réponses d'anticorps robustes», ont déclaré les entreprises Pfizer et BioNTech dans un communiqué. Ces données seront soumises aux différentes autorités de régulation dans le monde «dans l'espoir de commencer à vacciner ce groupe d'âge avant le début de la prochaine année scolaire».

Le vaccin Pfizer/BioNTech a été utilisé chez des millions d'adultes dans plus de 65 pays. Une étude en conditions réelles portant sur 1,2 million de personnes en Israël a montré qu'il était efficace à 94%.


■ Indemnisations rétroactives pour le secteur culturel

Les personnes travaillant dans le secteur culturel bénéficieront rétroactivement d'indemnisations pour pertes financières à partir de novembre 2020. L'ordonnance Covid-19 révisée adaptée mercredi par le Conseil fédéral élargit aussi le soutien aux intermittents.

Pour en savoir plus: Des aides renforcées pour la culture

Le gouvernement va aussi assouplir les conditions pour demander une aide d’urgence. Les seuils de fortune maximaux pour pouvoir y prétendre sont rehaussés, passant de 45 000 à 60 000 francs. Ce seuil est augmenté pour chaque enfant à charge. Le montant accordé passe de 15 000 francs à 20 000 francs.

Seule la fortune librement disponible est prise en compte pour l’évaluation des demandes, selon cette révision de l'ordonnance Covid-19 sur la culture. Les biens immobiliers en sont exclus. Grâce à ces modifications, les acteurs culturels bénéficient d'un soutien «sans interruption» depuis le 20 mars 2020, relève le Conseil fédéral mercredi.

Ce soutien sera dorénavant étendu aussi aux intermittents. Le Conseil fédéral prend en compte tous les salariés engagés pour une durée déterminée et pouvant attester d'au moins quatre engagements à durée déterminée auprès d'au moins deux employeurs différents du secteur culturel. Par ailleurs, Suisseculture Sociale et les cantons pourront accorder une avance aux acteurs de la culture si aucune décision n’a été rendue 30 jours après le dépôt d'une demande. Cette possibilité a pour but d'accélérer l’arrivée de liquidités, selon le Conseil fédéral


■ Des experts de l'OMS estiment que les vaccins chinois sont sûrs

Les vaccins des laboratoires chinois Sinopharm et Sinovac ont montré qu'ils étaient sûrs et efficaces contre le Covid-19, mais des données supplémentaires sont nécessaires, a indiqué mercredi le Groupe stratégique consultatif d'experts (SAGE) de l'OMS, qui s'est réuni du 22 au 25 mars. Ces experts sont chargés notamment de formuler des recommandations en matière de vaccination.

Les décisions de l'OMS concernant les demandes d'homologation déposées par Sinopharm et Sinovac ne sont pas attendues avant au moins début avril.

L'homologation par l'OMS au titre de la procédure pour les situations d'urgence (EUL) permet aux pays d'accélérer leurs propres procédures d'approbation réglementaire pour importer et administrer le vaccin. Elle permet aussi à l'Unicef d'acheter le vaccin pour le distribuer à des pays qui en ont besoin.


■ 2411 cas supplémentaires en Suisse depuis hier

La Suisse compte mercredi 2411 cas supplémentaires de Covid-19 en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).

  • 14 décès supplémentaires sont à déplorer.
  • 78 malades ont été hospitalisés.
  • Les résultats de 44 441 tests ont été transmis,
  • Le taux de positivité s'élève à 5,43%.
  • Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 23 444.
  • Sur les deux dernières semaines, le pays compte ainsi 271,19 nouvelles infections pour 100 000 habitants.
  • Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,19.
  • 535 250 personnes ont déjà reçu deux doses de vaccin.

■ Le Conseil fédéral élargit les aides pour les cas de rigueur et les indépendants

Les entreprises suisses particulièrement touchées par les mesures de lutte contre la pandémie de coronavirus et les indépendants bénéficieront d'un coup de pouce supplémentaire: le cercle des bénéficiaires de l'aide aux cas de rigueur sera élargi, indique le Conseil fédéral dans un communiqué. Les nouvelles dispositions sont les suivantes:

  • Les entreprises fondées avant le 1er octobre 2020, et non plus le 1er mars comme prévu initialement, pourront être prises en compte.
  • Les plafonds applicables aux contributions à fonds perdu restent eux inchangés à 20% du chiffre d'affaires annuel.
  • Le montant maximal de ces plafonds est toutefois relevé à 1 million de francs pour les PME réalisant un chiffre d'affaires annuel inférieur à 5 millions, et à 5 millions pour les grandes entreprises.
  • Dans le cas où des entreprises enregistrent un recul de leur chiffre d'affaires de plus de 70%, ou si leurs propriétaires apportent des fonds propres à hauteur de 40% de l'aide supplémentaire, les plafonds pourront être relevés à 30% du chiffre d'affaires annuel et au maximum à 10 millions pour les grandes entreprises.
  • Les entreprises qui reçoivent une aide bénéficieront encore d'allégement en matière de déduction de l'impôt préalable, mais elles auront l'interdiction de distribuer des bénéfices et des tantièmes. Le parlement a prolongé cette interdiction d'un an. Elle concernera à la fois l'exercice durant lequel l'aide sera versée et les trois exercices suivants. L'interdiction sera levée dès le remboursement des aides.
  • Les grandes entreprises devront rembourser leurs contributions à fonds perdu en cas de bénéfice en 2021.
  • Les cantons devront prendre en compte les succursales qui ne sont pas situées sur leur territoire.
  • La Confédération prendra en charge la totalité des contributions destinées aux grandes entreprises et 70% des contributions aux PME. Les calculs des cantons pour ces dernières devront se fonder sur les coûts fixes non couverts.
  • Les indépendants pourront quant à eux plus facilement obtenir une aide. Ils devront justifier d'une perte de 30%, et non plus de 40%, de chiffre d'affaires par rapport à la moyenne de 2015 à 2019 pour obtenir des allocations pour perte de gain.

■ Nouvelle polémique sur l'origine du virus, cette fois entre la Chine et Tedros Adhanom Ghebreyesus

Je ne comprends pas sa vision des choses, parce que c'est un domaine qui nous concerne, nous les scientifiques

a lancé ce mercredi Liang Wannian, chef de la délégation de scientifiques chinois qui ont collaboré au rapport des experts désignés par l'OMS sur l'origine du coronavirus. Il commentait les propos de Tedros Adhanom Ghebreyesus, le patron de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui a demandé de poursuivre l'enquête sur une fuite du virus d'un laboratoire chinois.

Liang Wannian a par ailleurs jugé prématurée la suggestion du patron de l'OMS d'envoyer une nouvelle mission d'enquête sur place.

Longtemps accusé d'être trop complaisant envers Pékin, Tedros Adhanom Ghebreyesus a créé la surprise mardi en demandant des enquêtes supplémentaires sur la théorie selon laquelle le coronavirus aurait pu s'échapper de l'Institut de virologie de Wuhan.


■ Moderna assure ne pas avoir eu de contacts avec le Conseil fédéral

C'est une polémique qui agite la Berne fédérale depuis trois semaines: le Conseil fédéral a-t-il eu l'occasion, à un moment, d'acheter une ligne de production de vaccin? Alain Berset a répondu par la négative vers la fin de la dernière session parlementaire, entre autres circonstances, mais la question reste posée par des élus.

Ce mercredi, revenant sur une information de La Liberté et autres journaux, l'agence ATS cite un porte-parole de Moderna, lequel assure que sa compagnie n'a jamais eu de contact avec le Conseil fédéral pour une ligne de production sur le site de Lonza à Viège.

Il n’y a eu aucune discussion entre Moderna et le gouvernement suisse sur le thème d’un investissement dans une quelconque production, a dit le porte-parole.

Le laboratoire américain confirme avoir eu des contacts avec le Conseil fédéral depuis le printemps 2020. Mais ces discussions ont eu «pour seul objectif d’obtenir un accord d’achat anticipé (APA), sécurisant les doses de notre vaccin pour la population suisse dès que disponible», ajoute-t-il.


■ A Paris, la maire demande la fermeture des écoles

Cette prise de parole préfigure-t-elle les mots du président, ce mercredi soir à la TV? Ce matin sur BFMTV et RMC, la maire (PS) de Paris Anne Hidalgo a demandé la fermeture des écoles dans la capitale, au vu de la situation sanitaire «très grave» et de la «désorganisation très grande» dans les établissements.

Elle a indiqué qu'«environ 20 000 élèves» n'étaient aujourd'hui «pas en classe soit parce qu'ils sont malades, soit parce que les classes sont fermées», celles-ci étant au nombre de 850.

Depuis lundi, selon une nouvelle règle, un seul cas de Covid justifie la fermeture d'une classe dans les régions les plus touchées par l'épidémie.


■ Hausse des contaminations dans la bande de Gaza, qui signale le variant dit anglais

Entre mardi matin et mercredi matin, 1061 nouveaux cas ont été recensés dans la bande de Gaza. C'est l'un des bilans les plus élevés dans cette enclave palestinienne depuis le début de la pandémie, qui fait en outre état de la présence du variant dit britannique. Les autorités du Hamas, mouvement islamiste armé au pouvoir à Gaza, ne recensaient mi-mars que quelques centaines de nouveaux cas par jour.

«La situation épidémiologique dans la bande de Gaza est dangereuse et il y a une claire hausse du nombre de malades admis dans les hôpitaux», alerte Majdi Dahir, un responsable du ministère de la Santé. Le Hamas a rétabli samedi un couvre-feu nocturne, de 21H00 à 05H00.


■ Les économistes sont optimistes

Les analystes financiers se montrent très optimistes pour l'évolution de l'économie suisse au cours des prochains mois. Le marché du travail devrait évoluer positivement et le franc se déprécier, indique mercredi un sondage publié par Credit Suisse et CFA Society Switzerland.

Le baromètre mensuel compilé par ces deux établissements s'est établi à 66,7 points pour mars, une nette avancée après 55,5 points le mois dernier, et il est supérieur à la valeur d'octobre 2009. Cela représente une chiffre record, indiquent les deux instances.


■ Un nouveau conseil des ministres en France

Fermer les écoles en avançant les vacances? Etendre les mesures de freinage à d'autres départements? Ou bien «pousser les murs» des hôpitaux en attendant l'impact des vaccinations? Face aux critiques sur sa stratégie anti-Covid avec plus de 5000 patients en soins critiques, Emmanuel Macron doit faire mercredi des choix difficiles, résume l'agence AFP.

Le président français réunit un nouveau conseil de défense, qui rassemble les ministres concernés, dès 9h ce mercredi matin à l'Elysée. Il s'exprimera à 20h lors d'une allocution sur les décisions prises.


■ Au Royaume-Uni, les sans-abri sont en haut de la liste

Dans le cadre de sa campagne de vaccination, pour toucher une population la plus large possible, le gouvernement anglais a récemment ajouté les sans-abri aux groupes prioritaires.

Des médecins jouent le jeu. L'AFP raconte les techniques du docteur Alex Fitzgerald-Barron qui branche une glacière électrique dans sa voiture et transporte ainsi les vaccins de foyers en foyers. D'autres médecins utilisent des cliniques mobiles, installées dans de petites ambulances.

Alex Fitzgerald-Barron explique qu'à cause de la faiblesse de leur système immunitaire, souvent abîmé par un cocktail explosif de maladies (pneumonies, infections dentaires ou dermatologiques, hépatite C), «ils sont beaucoup plus susceptibles de se retrouver à l'hôpital s'ils attrapent le Covid, et d'en mourir».


■ L'Allemagne limite la potion d'AstraZeneca aux plus de 60 ans

L'Allemagne va réserver l'usage du vaccin AstraZeneca aux personnes âgées de plus de 60 ans après plusieurs cas de formation de caillots sanguins, ont annoncé mardi les ministères de la Santé régionaux et fédéral.

Les moins de 60 ans qui le souhaitent pourront toutefois décider de recevoir le vaccin, mais seulement après «consultation d'un médecin pratiquant la vaccination (...) et une analyse personnalisée des risques», ont indiqué les ministres des 16 régions allemandes et le ministre fédéral dans un communiqué à l'issue d'une réunion, mardi dans la soirée.