Afrique

Emmerson Mnangagwa devient le président du Zimbabwe, après 37 ans de règne de Mugabe

Le successeur de Robert Mugabe, arrivé au pouvoir grâce à un coup de force de l’armée, hérite d’un pays ruiné et d’une population avide de réformes

Après 37 ans sous la coupe de l’autoritaire Robert Mugabe, le Zimbabwe met vendredi un point final à son règne avec l’investiture de son successeur Emmerson Mnangagwa. Pour donner une onction populaire au nouveau président, arrivé au pouvoir grâce à un coup de force de l’armée, la cérémonie se veut grandiose.

Lire aussi: Le tombeur de Robert Mugabe n’est pas un ange

Le parti au pouvoir, la Zanu-PF, a convoqué les «Zimbabwéens de tous bords» dans le plus grand stade de la capitale, Harare, le National Sports Stadium, d’une capacité de 60 000 places. «Venez et soyez les témoins de l’Histoire en marche, nos premiers pas dans une nouvelle ère et un pays meilleur conduit par notre camarade adoré ED Mnangagwa», ont proclamé les organisateurs sur des affiches placardées à Harare.

Robert Mugabe pourrait assister à la cérémonie

L’armée, qui a toujours veillé à ne pas passer pour putschiste, a elle aussi prédit un «rassemblement massif». Les médias d’Etat ont laissé entendre que Robert Mugabe, qui n’a pas été vu publiquement depuis dimanche, pourrait assister à la cérémonie et être salué par une haie d’honneur.

En 1980, c’est un autre stade de la capitale qui avait accueilli la cérémonie d’indépendance du Zimbabwe, en présence bien sûr de Robert Mugabe, mais aussi du chanteur Bob Marley, du prince Charles et d’une dizaine de chefs d’Etat.

Cette fois, même le président sud-africain, Jacob Zuma, a décliné l’invitation du pays voisin, au motif qu’il reçoit au même moment son homologue angolais Joao Lourenço. A la place, il a dépêché son ministre des Communications.

Pretoria, allié fidèle du régime Mugabe, s’est tenu à l’écart de la crise depuis que l’armée a, dans la nuit du 14 au 15 novembre, pris le contrôle du pays pour bloquer l’ascension de la Première dame, l’incontrôlable Grace Mugabe. Celle-ci avait obtenu le 6 novembre le limogeage du vice-président Mnangagwa, qui lui barrait la route dans la course à la succession de son époux nonagénaire.

Une semaine plus tard, le président Mugabe, lâché par son propre parti, conspué dans la rue et menacé de destitution, démissionnait à l’âge de 93 ans.

Lire: Démission de Mugabe: le Zimbabwe fête le départ d’un père violent

«Nous voulons relancer notre économie»

Héros du combat pour l’indépendance du Zimbabwe, Robert Mugabe était devenu au fil du temps un autocrate régnant sans partage sur un pays en pleine crise économique.

Les Zimbabwéens, épuisés par un chômage de masse, une crise des liquidités et la répression de toute contestation, ont acclamé l’annonce de sa démission et espèrent des jours meilleurs.

Dans son premier discours depuis le début de la crise, Emmerson Mnangagwa a promis de s’atteler rapidement à la tâche. «Nous voulons relancer notre économie, nous voulons des emplois», a-t-il lancé devant ses partisans, sans détailler son programme.

Emmerson Mnangagwa, un fidèle parmi les fidèles du régime

Son profil tempère toutefois les enthousiasmes. Emmerson Mnangagwa, 75 ans, un fidèle parmi les fidèles du régime, a longtemps exécuté sans sourciller la politique répressive de l’ancien président.

«Des dizaines de milliers de personnes ont été torturées, ont disparu ou ont été tuées» sous l’ère Mugabe, selon Amnesty International. Soucieux de rassurer, celui que les Zimbabwéens surnomment «le Crocodile» a pour l’instant montré un visage souriant, promettant d’être le «serviteur du peuple». Il a appelé «tous les Zimbabwéens patriotes à se réunir, à travailler ensemble».

Publicité