L’Allemagne, qui préside actuellement l’Union européenne, a accru dimanche la pression sur Moscou en menaçant de sanctions faute de réponse «dans les prochains» jours sur l’empoisonnement, avéré selon Berlin, de la bête noire du Kremlin Alexeï Navalny. «Fixer des ultimatums n’aide personne, mais si dans les prochains jours la partie russe ne contribue pas à clarifier ce qui s’est passé, alors nous allons devoir discuter d’une réponse avec nos partenaires», a déclaré Heiko Maas au quotidien Bild.

Il a ajouté que si des sanctions devaient être décidées, elles devront être «ciblées» et n’a pas totalement exclu un impact sur le projet phare de gazoduc Nord Stream 2, entre la Russie et l’Europe.

Lire également: L’Europe ne sait pas comment sanctionner la Russie

Empoisonnement «sans équivoque»

Principal opposant russe, Alexeï Navalny est actuellement hospitalisé à Berlin, où selon le gouvernement d’Angela Merkel, il a été «sans équivoque» empoisonné en Russie lors d’une tournée électorale, avant son transfert en Allemagne, par un agent neurotoxique de type Novitchok, conçu à l’époque soviétique à des fins militaires.

Lire: Mais qu’est-ce que le Novitchok, ce poison utilisé contre Sergueï Skripal?

Berlin et les autres pays occidentaux ont exhorté Moscou à plusieurs reprises à faire la lumière sur l’empoisonnement. Mais le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a dit cette semaine accueillir avec «une bonne dose de scepticisme» les accusations d’assassinat et demandé à Berlin de fournir des preuves.

Son homologue allemand a lui, pour la première fois aussi clairement de la part de Berlin, mis en cause l’Etat russe dans l’empoisonnement. «Il y a plusieurs indices en ce sens, c’est la raison pour laquelle la partie russe doit maintenant réagir», a-t-il dit. «La substance mortelle avec laquelle Navalny a été empoisonné s’est trouvée dans le passé en possession des autorités russes, seul un petit nombre de personnes ont accès au Novitchok et ce poison a déjà été utilisé par les services russes pour l’attaque contre l’ex-agent (russe) Sergueï Skripal» en Grande-Bretagne, a encore énuméré Heiko Maas.

Notre éditorial: Derrière l’affaire Navalny, l’avenir de la Russie

Jeudi déjà, le chef de la diplomatie de l’Union européenne, Josep Borrell, avait évoqué d’éventuelles sanctions.

Le projet Nord Stream 2 remis en question

Dans ce registre, le chef de la diplomatie allemande n’a pas totalement exclu une incidence sur le projet en cours de finition de gazoduc Nord Stream 2, censé approvisionner l’Allemagne et l’Europe en gaz russe, mais très contesté notamment par les Etats-Unis. Un projet jusqu’ici très cher à l’Allemagne.

«J’espère en tout cas que les Russes ne nous contraindront pas à changer notre position sur Nord Stream», a dit le ministre, tout en appelant à bien mesurer les conséquences d’une éventuelle annulation du projet et à ne pas «réduire» le débat sur les sanctions à ce seul dossier.

Le gouvernement d’Angela Merkel est sous une pression croissante pour revoir son soutien à ce projet de gazoduc suite à l’annonce par les autorités allemandes de empoisonnement avéré d’Alexeï Navalny au Novitchok.

Les Etats-Unis de Donald Trump mènent depuis plusieurs années déjà une intense campagne pour tenter de torpiller ce projet. Ils ont imposé des sanctions contre les entreprises impliquées dans le chantier, actuellement à l’arrêt, malgré les protestations allemandes et européennes.

Jusqu’ici, la chancelière a toujours tenu à scinder les deux dossiers, les intérêts économiques et énergétiques du projet étant majeurs pour son pays. Plus d’une centaine d’entreprises européennes, dont la moitié allemandes, y sont associées.

Sur le plan national, Nord Stream est devenu un sujet controversé de débat entre les prétendants à la succession d’Angela Merkel, dans son camp conservateur, en vue des élections législatives de fin 2021.

L’un d’eux, le président de la commission des Affaires étrangères de la chambre des députés, Norbert Röttgen, a appelé à stopper le chantier, sous peine «d’encourager Poutine» à «poursuivre sa politique». Deux autres prétendants, dont l’un des favoris, Armin Laschet, a lui appelé à la prudence et à ne pas agir «par réflexe».