Il est 10 heures du matin, heure de Tomsk (Sibérie), le 20 août lorsque l’équipe de l’opposant Alexeï Navalny apprend la terrible nouvelle. Kira Yarmych, assistante personnelle du principal rival de Vladimir Poutine, appelle son collaborateur Gueorgui Albourov, resté à Tomsk, pour l’informer qu’Alexeï Navalny a perdu connaissance peu après le décollage (à 7h55) du vol S7 2614 Tomsk – Moscou. Elle raconte que leur avion s’est posé en urgence à Omsk et que les secouristes constatent «des signes clairs d’empoisonnement».

Ni une ni deux, quatre collaborateurs d’Alexeï Navalny restés à Tomsk foncent vers la chambre 239, au 2e étage de l’hôtel Xander, où il logeait depuis quelques jours. Quatre heures exactement se sont écoulées depuis qu’il a quitté sa chambre. «Nous ne pensions pas que des indices puissent rester. Le FSB avait probablement dû passer avant nous. Mais nous avons tenté quand même de prendre tout ce qui pouvait être utile au cas où», a expliqué jeudi soir Gueorgui Albourov, sur la chaîne YouTube Navalny LIVE. Gueorgui Albourov est l’un des plus proches collaborateurs d’Alexeï Navalny, avec lequel il menait une enquête à Tomsk.