Très cyniquement, la question pourrait être posée ainsi: combien de morts de civils, dont celles d’enfants, l’élimination du chef du groupe djihadiste Etat islamique peut-elle justifier? Les raids américains contre les cibles terroristes n’échappent par ailleurs pas aux bavures. Le 29 août dernier, le Pentagone a par exemple dû admettre une grave «erreur»: une frappe aérienne par drones MQ-9 Reaper a tué 10 civils dans la capitale afghane. Parmi eux, sept enfants. Combien de terroristes de l’EI tués? Aucun.