Le président philippin Rodrigo Duterte a déclaré, dans un discours pré-enregistré diffusé lundi soir, qu'il «préparerait» sa défense devant la Cour pénale internationale (CPI), qui enquête sur la guerre antidrogue meurtrière menée par son gouvernement.

Les juges de la Cour pénale internationale ont autorisé en septembre une enquête sur la guerre antidrogue du gouvernement philippin, marquée par des milliers de meurtres commis par les forces de l'ordre pouvant constituer, selon les juges, des crimes contre l'humanité.

Lire aussi: Guerre antidrogue aux Philippines: Rodrigo Duterte ne coopérera pas avec l'enquête de la CPI

«Tenez-vous en aux faits parce qu'il existe des documents. Je ne vous menace pas, juste ne me trompez pas sur les preuves», a déclaré Rodrigo Duterte dans son discours, diffusé deux jours après qu'il a annoncé son retrait de la vie politique après l'élection présidentielle.

Les Philippines retirées de la CPI en 2019

Le président philippin a affirmé à plusieurs reprises que la CPI - chargée de juger les crimes de guerre et contre l'humanité - n'avait aucune autorité et qu'il ne coopérerait pas à ce qu'il a qualifié d'enquête «illégale».

Les Philippines se sont retirées de la CPI en 2019, mais la Cour, basée à La Haye, assure que la juridiction reste compétente concernant des crimes commis lorsque le pays en était encore membre.

A ce propos: Rodrigo Duterte tancé pour sa politique anti-drogue sanguinaire

Rodrigo Duterte avait été élu en 2016 après une campagne sécuritaire outrancière, promettant d'éradiquer le trafic de drogue en faisant abattre des dizaines de milliers de délinquants, suscitant l'indignation de la communauté internationale.