«Dans toute la région d’Andijan, 32 000 réfugiés adultes ont été enregistrés», a déclaré le chef du ministère ouzbek des Situations d’urgence pour la région d’Andijan (est), Abror Kossimov, à Iorkichlok, un village où des milliers de personnes, fuyant les violences ethniques dans le sud du Kirghizstan, ont trouvé refuge.

Il a précisé que le nombre d’enfants n’avait pas été enregistré mais qu’il y en avait des milliers. Un journaliste de l’AFP a constaté que la plupart des réfugiés étaient des femmes accompagnées de nombreux enfants ainsi que des personnes âgées. Une source au sein du même ministère a pour sa part indiqué à l’agence Ria Novosti que 75 000 réfugiés, enfants compris, avaient pu passer la frontière vers l’Ouzbékistan.

Le gouvernement provisoire du Kirghizistan a décrété l’état d’urgence dans toute la région de Djalal-Abad et dans une partie de la région d’Och, une mobilisation partielle des réservistes de l’armée et ordonné aux forces de l’ordre de tirer sans sommation pour endiguer les affrontements dans ces régions du Sud du pays.

Les autorités intérimaires du Kirghizistan, arrivées au pouvoir début avril à l’issue d’un soulèvement meurtrier (87 morts) qui a chassé le président Kourmanbek Bakiev, ont été depuis confrontées à plusieurs vagues de violences alors qu’un référendum sur une nouvelle Constitution est prévu le 27 juin.