Les queues s’allongent chaque jour un peu plus devant les stations-services britanniques. Lundi matin, des automobilistes anxieux de remplir leur réservoir ont repris leur attente, espérant enfin réussir à obtenir du carburant. Depuis vendredi, le pays connaît une pénurie d’essence, conséquence d’une très mauvaise gestion d’une crise qui mélange Covid-19, Brexit et achats paniqués. Lundi, BP annonçait que le tiers de ses 1200 stations-services étaient à sec. L’Association des vendeurs d’essence, qui représente 8000 stations, estime que plus de la moitié d’entre elles sont fermées.