Descendre à la cave ou faire comme si de rien n’était. Quitte à jouer à la roulette russe. Voilà le dilemme qui travaille en silence les habitants de Kiev, lorsque retentit la sempiternelle sirène anti-aérienne. Lundi, il est 13 heures passées, lorsque les premières notifications crépitent sur les téléphones : après plusieurs jours d’attente, l’armée russe vient de lancer une attaque aérienne d’ampleur sur la totalité des régions ukrainiennes. Plusieurs dizaines de missiles de croisière sont signalés dans l’espace aérien, alors que le matin-même est entré en vigueur le plafonnement du prix du pétrole russe décidé par les puissances occidentales. Pour rajouter à l’ambiance, depuis plusieurs heures, la rumeur se forme que des explosions mystérieuses sont survenues la nuit précédente sur des aérodromes militaires russes.