Que reste-t-il à négocier? Alors que les tensions entre les Etats-Unis et l’Iran n’ont cessé de s’aggraver ces derniers jours dans le golfe Persique, les développements paraissent d’autant plus inquiétants que nul ne sait vraiment quelles mesures pourraient aujourd’hui conduire à un apaisement. Aussi bien Washington que Téhéran l’ont répété à de nombreuses reprises: ils ne cherchent pas la guerre. Mais que veulent-ils?

Les tensions récentes auraient, au moins, une origine claire. Selon des informations du New York Times, ce sont des photos, transmises à la Maison-Blanche par les services secrets, qui auraient donné l’alarme. Ces images montraient des missiles installés sur de petits navires en plein golfe Arabo-Persique, prêts à être employés contre les forces américaines. S’y ajoutent en outre des informations selon lesquelles les Iraniens s’apprêteraient aussi à «activer» des milices en Irak pour lancer une attaque contre les Américains. Autant d’indices qui auraient amené l’armée des Etats-Unis à accroître sa présence dans la région (en dépêchant notamment le porte-avions USS Abraham Lincoln) mais aussi à évacuer ambassades et consulats en Irak.