Quinze ans après, la Russie s’est de nouveau retrouvée sur le banc des accusés lors de la Conférence annuelle sur la sécurité de Munich, qui se tient ce week-end à Munich, en Allemagne. En 2007, c’est sur cette même estrade, derrière ce même pupitre, que Vladimir Poutine avait averti solennellement les Occidentaux. «Qu’est-ce qu’un monde unipolaire? C’est un seul centre de pouvoir, un seul centre de force, un seul centre de décision. C’est le monde d’un unique maître, d’un unique souverain. J’estime que dans le monde contemporain, le modèle unipolaire est non seulement inadmissible mais également impossible» avait tonné le président russe qui achevait alors son deuxième mandat et s’apprêtait à laisser la place à son successeur désigné Dimitri Medvedev.