The Telegraph raconte qu’une nouvelle mode a vu le jour en Grande-Bretagne suite au «oui» pour le Brexit: bon nombre de Britanniques ornent désormais leur t-shirt, chemise ou veste, d’une épingle à nourrice, pour montrer publiquement leur solidarité envers les immigrés. La votation historique a été suivie par une hausse de 57% d’incidents racistes dans le Royaume-Uni, indique The Guardian.

C’est Allison, @cheeahs sur Twitter, Américaine vivant en Angleterre, qui est l’instigatrice de la campagne #safetypin. Elle raconte au site Indy100 pourquoi elle a choisi l’épingle à nourrice comme signe de ralliement: l’objet est «simple car il n’y a pas besoin de l’acheter et il n’implique pas de slogan politique». Elle ajoute: «C’est juste un petit signal qui montre aux victimes d’attaques racistes qu’elles ne sont pas seules et que leur droit de rester dans le Royaume-Uni est soutenu par des gens.»

Epingler le racisme, le concept a beaucoup plu aux internautes britanniques. Ils sont plusieurs centaines à avoir posté des photos d’eux, posant fièrement avec leurs habits décorés par une épingle.

Le Guardian, dans un article en forme de questions-réponses, explique avec humour qu’il n’existe pas de lien significatif entre l’épingle à nourrice et la solidarité anti-racisme… Même si ce petit objet est lui-même étranger en Grande-Bretagne. Il a une relation lointaine avec une boucle que les Romains mettaient pour faire tenir leur toge. L’Américain Walter Hunt a inventé l’épingle à nourrice moderne, utilisé tour à tour par les punks puis la haute couture.

Utile ou futile?

Louise Ridley, journaliste au Huffington Post britannique, se montre plus amère dans son blog. Porter une épingle à nourrice est «un geste puissant, mais je ne suis pas sûre qu’il puisse bientôt changer les esprits des gens qui ont une vision raciste.» Selon elle, l’anti-xénophobie devrait être enseigné à l’école, puisque beaucoup d’incidents racistes sont faits par des mineurs.

Un autre papier d’opinion du Guardian abonde dans ce sens. Maya Goodfellow, écrivaine, espère que les porteurs d’épingles à nourrice seront prêts à «entrer en action» lorsqu’ils seront témoins d’une agression à caractère raciste, ou à soutenir financièrement des organisations anti-racistes et groupes pro-migrants.