Le jour décline tôt, l’automne, dans l’est de la Syrie. Dans les faubourgs poussiéreux de Qamichli, la plus grande ville kurde du pays, la nuit s’est annoncée au milieu de l’après-midi. Et, avec elle, une menace insidieuse, bruyante mais invisible.