Pour les Chypriotes grecs de Nicosie, le réveil fut brutal mardi matin. Des sirènes ont retenti à l’aube pour marquer le 47e anniversaire du début de l’invasion turque de l’île le 20 juillet 1974. Mais aussi pour accueillir… le président turc, Recep Tayyip Erdogan, qui s’est rendu dans le nord de l’île connu sous le nom de République turque de Chypre-Nord (RTCN) autoproclamée en 1983 et reconnue uniquement par Ankara.

Les «mensonges de l’UE»

Au-delà des symboles, la visite du chef d’Etat turc marque sans doute la mort de tout espoir de réunification de l’île. Peu adepte des formules molles, Erdogan a déclaré: «Nul progrès dans les négociations ne peut être fait sans accepter qu’il y a deux peuples et deux Etats […] Nous n’avons pas cinquante ans à perdre sur des modèles dont l’invalidité a été prouvée.» Il a illustré la rupture totale de la confiance entre les parties chypriotes grecques et chypriotes turques en ajoutant: «Les Chypriotes grecs insistent pour adopter une posture maximaliste, non sincère et incomplète qui est déconnectée de la réalité […] Ils ne sont pas honnêtes.» Dans la même veine, il a fustigé les «mensonges de l’Union européenne».