Certains, en Europe, s’offusquent que l’on puisse, en parlant de Kamala Harris, la colistière de Joe Biden dans la course à la Maison-Blanche, non seulement préciser qu’elle pourrait devenir la première femme vice-présidente, mais aussi la première vice-présidente noire. Pourquoi évoquer sa couleur de peau? Parce que c’est très important aux Etats-Unis, parce que des millions d’Afro-Américains attendent ce moment depuis très longtemps, et parce que le candidat démocrate l’a précisément – ne le nions pas – aussi choisie pour cette raison.

Retrouvez tous nos chroniques ici