Donald Trump avait déjà tendance à se prendre pour un roi. Mais cette semaine, il a particulièrement agité son sceptre. Il a provoqué le chaos en gelant la contribution américaine à l’OMS, fâché les gouverneurs en affirmant que son autorité de président était «totale» – ce qui, en passant, est faux. Il a aussi menacé de suspendre les séances du Congrès pour faire passer ses nominations. Du jamais vu. Tout cela alors que le Covid-19 a provoqué plus de 30 000 morts aux Etats-Unis.

Mais ce n’est pas tout. Il n’a pas été uniquement question de poussées d’autoritarisme. Donald Trump a également provoqué la perplexité en tenant à tout prix à ce que son nom figure en grand sur les chèques de 1200 dollars envoyés aux Américains ayant un revenu de moins de 75 000 dollars. Son nom. Pas sa signature, mais son nom, en entier. Un peu comme les grandes lettres dorées qui ornent ses hôtels et ses immeubles. Un «cadeau» n’est jamais gratuit. Surtout en année électorale.

Sauf que voilà: à cause de cette exigence, l’envoi de ces chèques aurait pris du retard, signale le Washington Post. Des chèques que des millions d’Américains, touchés de plein fouet par la crise économique, attendent avec fébrilité, ne parvenant parfois plus à payer leur loyer et leurs factures. Et alors que plusieurs couacs, sans lien aucun avec les caprices présidentiels, ont déjà été signalés.

Joe Biden, désormais unique rival de Donald Trump dans la course à la Maison-Blanche, a vu rouge. La cheffe des démocrates à la Chambre des représentants, aussi. Le premier a osé tweeter: «La vanité du président empêche les gens de payer leurs factures.» Et Nancy Pelosi, la meilleure ennemie de Donald Trump, n’a pas masqué non plus son incompréhension. «Retarder des paiements directs aux familles vulnérables juste pour imprimer son nom sur le chèque est un nouvel exemple honteux de l’échec catastrophique du président Trump à traiter cette crise avec l’urgence qu’elle requiert», a-t-elle relevé dans un communiqué. C’est bien la toute première fois que le nom d’un président apparaîtra sur des chèques versés par l’IRS, l’autorité fiscale américaine.

Mercredi, lors du point presse quotidien de la Maison-Blanche sur le Covid-19, un journaliste a harponné Donald Trump à ce sujet. La réaction du locataire de la Maison-Blanche? La voilà: «Bien, je ne sais pas vraiment grand-chose de cette histoire, mais j’ai compris que mon nom y figurait… Je suis sûr que les gens seront très contents de recevoir un big fat beautiful check et mon nom sera dessus.» Quand le journaliste a tenté de le relancer pour en savoir plus, le président a fait mine de ne pas l’entendre et est passé très rapidement à une autre question. Parfois, les big fat beautiful checks peuvent s’avérer embarrassants.