Mardi ont eu lieu à Houston au Texas les funérailles de George Floyd, un Afro-Américain de 46 ans, tué par asphyxie par un policier blanc à Minneapolis le 25 mai dernier. La cérémonie au cours de laquelle le leader historique des droits civiques Al Sharpton a tenu l’oraison funèbre a été célébrée dans l’intimité. Ce moment de grande tristesse qui s’est abattu sur une bonne partie des Etats-Unis n’a pas mis fin au mouvement de protestation contre les brutalités policières et le racisme systémique qui les sous-tendent. Il n’empêche pas non plus nombre d’Américains de s’interroger. Et si leur démocratie était menacée non pas par une menace extérieure, mais par la présidence Trump?

Lire: Les événements de Minneapolis le rappellent: «Le passé ne meurt jamais. Il n’est même pas passé»